Actualité
ubisoft logo 2

Ubisoft : Vivendi continue son offensive et détient désormais 24 % du capital

par
Source: Le Figaro

La guerre entre Vivendi et Ubisoft est loin d'être terminée : la société de Vincent Bolloré a de nouveau augmenté sa participation dans le capital de la compagnie d'Yves Guillemot.

Il y a un plus d'un an maintenant, Vivendi s'est invité dans le capital d'Ubisoft. Malgré les protestations et les craintes d'Yves Guillemot, actuel PDG de la société, l'ogre français dirigé par Vincent Bolloré a continué d'acheter des actions et d'augmenter sa participation dans le capital de l'entreprise.

398 yves guillemot

Aujourd'hui, Vivendi vient d'annoncer qu'il détenait désormais 24,059 % du capital d'Ubisoft, en légère hausse par rapport aux derniers chiffres (22,8 % en septembre). Il détient également 21,259 % des droits de vote au conseil d'administration.

L'étau se resserre autour des frères Guillemot, qui tentent désespérément de conserver l'indépendance de leur compagnie. Vivendi se rapproche en effet des 30 % de participation dans le capital, le seuil minimum requis pour pouvoir lancer une OPA (offre publique d'achat) qui lui permettrait éventuellement de devenir l'actionnaire majoritaire et, de facto, de prendre le contrôle de l'entreprise.

À moins d'un miracle, difficile de voir comment les frères Guillemot pourraient réussir à garder leur entreprise, qui fête ses 30 ans cette année... Peut-être que Nintendo entendra nos prières et réalisera notre intox ?

Commenter 23 commentaires

Rapidkiller
ParadoxV4 a écrit:sa commence a me gaver leurs affaire de merde ils en on pas marre de forcer ?

C'est aussi le système qui est comme ça.
Si tu veux pas perdre le contrôle de ta société, faut pas entrer en bourse.

Du coup, je trouve le discours des Guillemot un peu faux c**. Ils n'auraient voulu que les avantages d'une cotation en Bourse, sans les inconvénients.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
ariakas
à ceux qui se poseraient la question:
http://www.boursorama.com/actualites/qu ... b996f1135b

l'entrée en bourse est donc un élément essentiel quand on veut s'agrandir de façon aussi importante qu'Ubisoft.
D'autre part, entrer en Bourse ne signifie pas vouloir être racheté.
Pour certains, c'est un objectif, pour d'autres non.

Il n'y a donc rien de "faux-c" mais tout simplement de choix.
Ubisoft a largement communiqué sur le manque de synergie et d'intérêt dans cette fusion pour Ubisoft.

Affaire à suivre avec la sortie du film AC et des recettes budgétaires engendrés ensuite.
Mais on ne fait pas une entreprise aussi immense que Ubisoft sans avoir une entrée en Bourse.
Ubisoft, ce n'est pas que les jeux vidéos !

à titre d'exemple:
http://www.20minutes.fr/insolite/168145 ... aisie-2020
un parc d'attraction qui ouvrira en 2020.

Et ça ne se fait pas sans entrer en bourse au manifeste et non, le rachat par une autre entreprise n'est pas une obligation ni une fatalité.
Vivendi pourrait très bien se contenter de rester actionnaire tel qu'il est sans en prendre le contrôle. :roll:
Signaler Citer
Seven777
Franchement quand je vois la façon d ubisoft à bâclé les jeux qu il sorte assassin creed, r6siege, far cry je me demande si le temp de passer la main à d'autre ne leur ferais pas de bien,même si c est vivendi.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
less.cro
Vivendi, c'est pas le meilleur pour Ubi... Même si on peut regretter certains développement de jeux chez Ubi, ils sont toujours à proposer des "nouveautés"... Ubi fait parti du décor vidéo-ludique, Bolloré c'est comme le Boss final d'un jeu, sauf que tu gagneras jamais, car il est surpuissant et il a des attaques à chaque nouveau point de contrôle rechargé... :evil: :evil: :evil:
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Pierre W.
Seven777 a écrit:Franchement quand je vois la façon d ubisoft à bâclé les jeux qu il sorte assassin creed, r6siege, far cry je me demande si le temp de passer la main à d'autre ne leur ferais pas de bien,même si c est vivendi.


Sauf qu'Ubisoft sait comprendre de ses erreurs : ils ont vu qu'ils avaient forcé avec un AC annualisé, ils ont décidé de laisser respirer un an, peut-être plus vu que Guillemot répète que le jeu sortira quand il sera prêt, pas grave si ce n'est pas en 2017.

Ubisoft peut te surprendre avec des petites créations sympas : Child of Light, par exemple. Certainement pas un jeu qui va ramener des millions, mais une production bien sympa qui amène de la fraîcheur dans le milieu.

Avec Vivendi, tu peux être sûr que AC, Watch Dogs et Far Cry vont s'annualiser, que les contenus payants vont pulluler, et que les petites productions n'auront plus leur place car pas rentables. Au-delà du jeu, c'est aussi un risque pour l'emploi : délocalisation dans les pays de l'Est car moins chers...
Signaler Citer
killmeplease
Chez UBISOFT ça fait un peu de temps maintenant qu'on sort des jeux pas finis, buggés et en kits avec season pass pour mieux ponctionner le consommateur. je vois pas la différence avec un Vivendi.
"UBISOFT sait apprendre de ses erreurs": en quoi? Parce qu'il se rend compte que s'il continue à sortit des jeux de m... pas finis les gens vont pas les acheter? ça s'appelle juste du business et du bon sens.
Je ne sais pas ce que fera Vivendi mais ce que je sais c'est que je n'adhère pas à la politique d'UBI de ces dernières années.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Pierre W.
Les Season Pass, c'est chez tout le monde maintenant, pas seulement chez Ubisoft. Les jeux pas finis, à part le scandale d'Unity, j'ai pas souvenir d'un autre lancement raté chez Ubisoft. Et ils avaient largement rattrapé le coup avec Syndicate, un titre excellent mais qui a souffert de la réputation d'Unity justement.

Et ça Ubisoft l'a compris, en mettant la franchise en pause. D'ailleurs, à part Just Dance, Ubi n'a plus vraiment de licences annuelles depuis qu'AC est en pause. Avec Vivendi, tout pourrait s'annualiser : Watch Dogs, Far Cry, Assassin's Creed, les licences Tom Clancy.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Pierre W.
Vivendi a possédé Activision pendant un moment, Acti était bien content de retrouver sa liberté. Puis quand je vois ce que Bolloré inflige à Canal+ et que son chouchou s'appelle Cyril Hanouna, oui j'ai peur pour Ubisoft.
Signaler Citer