Actualité Android
bann aa

ANDROID : la structure de l'OS de Google expliquée simplement

par
Source: Google Android

Android… Un nom prononcé par tous aujourd’hui. Android est partout, sur les smartphones, les tablettes, les TV, beaucoup de sites spécialisés en parlent, les gens également. Mais enfin, que savons-nous réellement d’Android ?

Android… Un nom prononcé par tous aujourd’hui. Android est partout, sur les smartphones, les tablettes, les TVs, beaucoup de sites spécialisés en parlent, les gens en parlent. Mais enfin, que savons-nous d’Android
Nous savons que c’est un système d’exploitation très populaire (en seulement quatre ans !), que son market propose un nombre incroyable d’applications – environ 400 000 – et que Google a réussi un coup de maître face à Apple.

Dans le dossier que vous êtes en train de lire, nous ne parlerons pas de tout ça. Laissons ce petit monde aux mains des experts, des analystes et des responsables marketing.
Ici, nous nous propulsons au cœur d’Android, pour comprendre comment il fonctionne, et comprendre ce qui fait sa force.  

 

1. Android, Linux et le reste


Lorsque nous parlons d’Android, les connaisseurs pensent « Linux ». Cela est à la fois vrai et faux. La base d’Android est bien un noyau Linux, mais ce dernier a subi de nombreuses modifications. Les racines de Linux sont toujours présentes, mais il n’y a plus grand-chose de commun avec les « systèmes Linux ».
L’architecture d’Android peut se découper en cinq parties. Le noyau, les bibliothèques, un environnement d’exécution, un framework et enfin, les applications. Ces parties possèdent aussi plusieurs sous-parties que nous verrons plus loin.

home-bugdroid


Avant de commencer, il faut savoir que toutes les modifications apportées par Google (par rapport  à un système Linux classique) ont été faites dans un seul but : créer un système le plus léger possible tout en ayant un maximum de fonctionnalités.


Pourquoi léger ? N’avez-vous jamais entendu parler de système embarqué ? Un système dit « embarqué » est un système dont les ressources matérielles disponibles sont relativement faibles. Je dis bien « relativement », car les derniers smartphones sont presque aussi puissants que certains ordinateurs.

Mais à la base, Android a été créé pour fonctionner sur des petites machines. Par exemple, un téléphone possédant les caractéristiques suivantes :

- Un processeur de 250 MHz ;

- Une mémoire RAM de 64 Mo ;

- Pas d’espace de swap (fichier d’échange) ;

- Une faible résolution d’écrans (320x240 pixels).

Bien sûr, tous les constructeurs proposent des « configurations » bien plus élevées que celle ci-dessus. 

Commenter 6 commentaires

Troufiniou
Très bon dossier ! Mais j'ai juste une question, le SDK ne permet pas d'avoir des accès au Kernel lors de développement d'applications ? Elle permet juste un accès au Framework c'est ça ?
Signaler Citer
eykxas
Troufiniou a écrit:Très bon dossier ! Mais j'ai juste une question, le SDK ne permet pas d'avoir des accès au Kernel lors de développement d'applications ? Elle permet juste un accès au Framework c'est ça ?


Comme tu l'as fait remarquer, le sdk ne donne accès qu'au framework, mais il faut aussi savoir ce qu'est que le framework. Car dans Android, le framework désigne deux choses :

Le Framework, une partie de l'environnement d'execution

et le framework Android, qui est l'environnement de programmation (donc le sdk, souvent associé à eclipse).

Le noyau n'est pas accessible sauf si le bootloader du téléphone est débloqué ou que le fabriquant a mis à disposition ses outils concernant le kernel.
Signaler Citer
eykxas
Oui c'est possible (en théorie), mais je vous demanderai de poser ces questions sur le forum, pas ici.

Nous sommes ici pour parler du dossier, et pour moi, d'avoir des retours pour parfaire mes prochains sujets.
Signaler Citer