Actualité
Warcraft le commencement image screenshot 4

CINEMA - Warcraft : Le Commencement - Duncan Jones est à la fois fier et furieux du résultat

par
Source: Thrillist

Le réalisateur est revenu sur ses trois ans et demi de combat face aux producteurs pour imposer sa vision. Il n'a pas gagné tous les combats.

Duncan Jones a vécu une bien drôle d'année, entre la disparition de son père – David Bowie – et la sortie de Warcraft : Le Commencement, projet casse-gueule qui s'en est mieux tiré que prévu, artistiquement parlant. Dans une longue interview accordée à nos confrères de chez Thrillist, le réalisateur de Moon et Source Code est revenu sur le processus créatif hyper complexe ayant accouché d'un film dont il est à la fois fier et furieux.

Warcraft le commencement image screenshot 5

Car, sans trop de suprise, Duncan Jones a dû procéder à moult concessions pour donner naissance à Warcraft : Le Commencement. Comme beaucoup avant lui, il a expérimenté les dures exigences des productions de studio :

Quand vous faites un film de studio, c'est comme si vous êtiez le capitaine d'un tanker. Si vous voulez tourner, cela vous demandera beaucoup d'effort. Quand vous faites un film indépendant, vous êtes plus dans un canot à moteur.

Duncan Jones s'est par exemple battu pour que son récit ne soit pas manichéen, avec les humains vus comme des gentils et les orcs comme des méchants. Sur ce point, il explique :

J'ai été capable de maintenir la relation entre Durotan et Draka, faire qu'elle soit une vraie relation de mari et femme malgré le fait qu'ils soient deux orcs. C'était quelque chose qui me tenait à coeur depuis le début, et je me suis battu pour ça. C'était une vraie victoire.

Vu ses propos, nous pourrions penser à l'existence d'une version longue, correspondant à la vraie vision de Duncan Jones

Non, il n'y en a pas. Beaucoup me demandent « Quand est-ce que la Director's Cut va sortir ? ». Il n'y aura pas de Director's Cut. Avec un film comme ça, où il y a beaucoup d'effets visuels, chaque concession entraîne la perte totale d'un plan. Il cesse d'exister car les effets visuels ne seront pas faits.

Malgré tout, Duncan Jones est prêt à faire une suite même s'il se sentirait masochiste. Il conclut sur son ressentiment général :

Je suis à la fois fier et furieux à propos de Warcraft. Je l'adore. J'ai passé beaucoup de temps dessus. J'y ai mis tout mon cœur pour qu'il fonctionne. Une bonne partie de lui, je pense, fonctionne mais cela me rend fou de ne pas avoir été capable de pousser tout ce que je voulais faire.

Vivement un épisode 2 ?

CINEMA - Warcraft : Le Commencement… d’une belle histoire (critique)


redacteur vignette Saint Pitch Maxime CLAUDEL (Saint_Pitch)
Rédacteur - Responsable des tests
Fan de LEGO, de sports (NBA, foot, F1), de cinéma, de technologie, de jeux vidéo (lol). Amateur de jolies femmes et (gros) joueur de Magic: The Gathering.
Suivre ce rédacteur : Twitter GamgerGen Instagram GamerGen vignette bouton

Commenter 2 commentaires

Avatar de l’utilisateur
ariakas
Franchement, pas hâte ^^
ça reste quand même très manichéen et pour moi, pas passionnant pour un poil.
Ce n'est pas l'horreur et le viol de Ghostbuster, mais ce n'est pas non plus le film de l'année, loin de là
Signaler Citer
bmomo72
Pour commencer je n'ai jouer qu au 3ers warcraft. Jamais à world of warcraft. Mais j'avoue avoir été agréablement surpris par ce film. Déjà très bon techniquement. Les acteurs sont très bien réalisés et les orcs variés et très bien modélisés.
J'avais peur que l'acteur de viking nous sorte du viking mais non. Il est vraiment bon. Tout comme le jeune mage et le gardien.
Quand à l'histoire il fallait se douter que la main mise des studios naccoucherait pas d'une histoire profonde. Mais ils s'en sortent pas mal malgré tout. Et au final le film est une agréable surprise. Donc oui je dis vivement un 2.
Signaler Citer