Actualité
Gameloft logo big

Vivendi rachète Gameloft : le CEO Michel Guillemot va démissionner

par
Source: Bloomberg

Battu une première fois par Vivendi, le camp Guillemot vacille. Mais il va falloir protéger Ubisoft désormais...

Vivendi a bel et bien fait l'acquisition de Gameloft. Le conglomérat dirigé par Vincent Bolloré a eu les frères à l'usure, avec une ultime offre que les actionnaires n'ont pas refusée (8 € par action). Selon une source proche du dossier, Michel Guillemot, frère d'Yves et CEO de l'éditeur, devrait annoncer sa démission dans la foulée.

gameloft

Vivendi, qui revendique désormais 56 % des votes au conseil d'administration, devrait de toute façon faire le ménage chez Gameloft. Le 29 juin prochain, le géant va redéfinir la hiérarchie en nommant les dirigeants. Pour les Guillemot, le combat sera désormais ailleurs.

Car Vivendi voit beaucoup plus loin et entend s'offrir Ubisoft dans la foulée. Pour le moment, il possède 18 % du capital du géant français et a récemment réclamé une présence dans le board. Les Guillemot chercheraient actuellement un moyen de protéger leur entreprise. Nous leur souhaitons bon courage.


redacteur vignette Saint Pitch Maxime CLAUDEL (Saint_Pitch)
Rédacteur - Responsable des tests
Fan de LEGO, de sports (NBA, foot, F1), de cinéma, de technologie, de jeux vidéo (lol). Amateur de jolies femmes et (gros) joueur de Magic: The Gathering.
Suivre ce rédacteur : Twitter GamgerGen Instagram GamerGen vignette bouton

Commenter 14 commentaires

Avatar de l’utilisateur
crazymehdi
Genesis a écrit:Ca sent la fin d'Ubisoft tel qu'on l'aura connu cette histoire, non ?

non rien n est encore perdu, vu les plan d ubisoft et les differend projet en cours... y a de quoi faire :ugeek: pff quand même.... je souhaite la destruction pur et simple de vivendi......je veux dire plus qu économiquement :twisted:
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
jericho35
Solution la plus simple -> vendre ubisoft à vivendi sans les licenses et refaire un studio sur de meilleurs bases sans répartir les actions à droites à gauches si Ubisoft avait pas grossit si vite ils auraient encore plus de 50% des pars :( :(
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Helvete
Avant de partir faudrait qu'il licencie tout les employers pour les faires engager chez UBisoft.
Titre de film :
Il faut sauver le soldat Ubisoft !
Envoyer la JTF sauver Ubi du LMB.
Sauver Ubi !

Bon franchement je trouve sa bien pourrit comme situation l'ogre Vivendi qui veux manger le géant français du jeux vidéo.
Bientôt bolloré présidant-dictateur de France auto proclamé ?!
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Efthé
crazymehdi a écrit:
Genesis a écrit:Ca sent la fin d'Ubisoft tel qu'on l'aura connu cette histoire, non ?

non rien n est encore perdu, vu les plan d ubisoft et les differend projet en cours... y a de quoi faire :ugeek: pff quand même.... je souhaite la destruction pur et simple de vivendi......je veux dire plus qu économiquement :twisted:

C'est la stratégie de Bolloré surtout le problème, pas réellement Vivendi.

Sinon, je me demande si ce ne serait pas possible de créer une société à côté, de vendre les licences Ubisoft à cette société, et de laisser ensuite à Vivendi d'acquérir une une coquille vide ? (Y'aurait des problèmes avec les actuels investisseurs certainement...)
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
steven999
Non mais bon, faut arrêter de vouloir sauver Ubisoft. Ubisoft à fais le choix de presser comme un citron ses licences pour avoir un maximum de profit comme qui vous allez me dire? Activision. Les Guillemots depuis quelques années ne sont la que pour le profit et rien d'autre sauf qu'en copiant les méthodes des autres on les attirent et ça leurs tombent sur la tronche. Donc bien fait pour eux car le problème pour nous ça ne vas pas énormément changer grand chose, beaucoup de jeux Ubi ne sont que des suites sans saveurs avec bien sur quelques exceptions. Le problème des Guillemot c'est pas qu'ils ne pourront plus faire de jeux c'est simplement qu'ils devront partager les recettes avec Bolloré, mais c'est ça aussi de vouloir jouer dans la cour des grands en voulant jouer à la bourse avec une vision de profit, quand tu joues mal ça te retombe dessus.
Signaler Citer