Actualité Android
lg g watch preview  (37)

PREVIEW - LG G Watch : nos premières impressions sur la première montre Android Wear

par

Tour d'horizon du système et de son ambassadeur.

Dévoilé en mars dernier, le système Android Wear pour objets connectés fait ses premiers pas dans le commerce au travers de la LG G Watch et de la Samsung Gear Live, toutes les deux disponibles à l'achat sur le Play Store. Nous avons eu l'occasion de passer quelques heures en compagnie de la première, nous permettant de nous forger notre propre avis, non seulement sur la smartwatch en elle-même, mais aussi sur ce dérivé d'Android.

lg g watch preview  (11)Tout d'abord sur la partie esthétique, chacun pourra se faire son propre avis, mais tout comme la Gear 2 lorsqu'elle est sortie, cette G Watch tente de s'affiner et de se faire plus discrète que les premières montres connectées du marché. Aussi fine qu'une Pebble, elle conserve un côté imposant en raison de la dimension de son cadran et de son écran de 1,65 pouce. Elle reste toutefois agréable à porter et ne se présente pas comme une gêne au poignet, en grande partie grâce à son bracelet souple (22 mm standard). La définition de l'écran (280 x 280 pixels) est suffisante pour l'utilisation qui en est faite, en revanche ses angles de vision sont assez faibles et l'écran s'obscurcit vite si le regard est décalé. Cela peut être vu comme un avantage pour ceux qui ne veulent pas que des regards indiscrets s'intéressent de trop près à des notifications qui pourraient apparaître sur la montre.

À noter également qu'elle est certifiée IP67, lui autorisant une immersion jusqu'à 1 mètre de profondeur pendant 30 minutes, ce qui permet de la conserver sous la douche. Pour l'autonomie, comptez d'après les premiers retours une moyenne d'un jour et demi, avec une recharge sur un socle dédié autocollant (pour éviter de glisser).

En ce qui concerne Android Wear, le système est simplifié au maximum, avec des transitions verticales qui permettent de changer d'application, et des transitions horizontales pour naviguer dans les différentes possibilités offertes par chacune d'elles. Malgré tout, la première utilisation, bien que très fluide, est assez peu intuitive et il est parfois nécessaire de chercher un peu pour obtenir un menu en particulier. Heureusement, la reconnaissance vocale entre alors en jeu pour réaliser diverses actions d'un simple « OK Google ».

lg g watch preview  (30)Encore une fois, les limites sont vite atteintes. Si certaines prouesses sont assez impressionnantes, comme pour lancer le lecteur musical (Google Play) ou rédiger une note rapide par exemple, des actions plus poussées deviennent vite fastidieuses, la faute à une reconnaissance vocale encore perfectible. Entre les questions qui ne mènent qu'à des recherches Google (la question « Quel est le prochain match de l'Équipe de France ? » nous aura amenés sur une page web de l'Équipe), la compréhension vocale parfois approximative (« à 22 heures » transformé en « avant 2 heures ») et les données complexes (comme une adresse e-mail) quasi impossibles à rentrer, il est souvent obligatoire d'avoir recours à son smartphone pour terminer une action. Par ailleurs, l'empreinte vocale n'est pas propre à son utilisateur et n'importe qui peut donc l'activer. Un danger potentiel avant l'arrivée d'applications de paiement.

En tant qu'écran déporté en revanche, Android Wear affirme ses qualités. La navigation via le GPS de Google Maps par exemple rend très bien, de même que la télécommande du lecteur audio, deux fonctions à la fois utiles et bien mises en œuvre.

Au final, si l'idée semble très bonne et surtout prometteuse à souhait, la pratique souffre encore de la jeunesse du projet. Entre l'efficacité mitigée de la reconnaissance vocale, l'obligation d'avoir encore trop souvent recours à son téléphone, une autonomie qui ne dépasse pas celle d'un smartphone et le prix de 199 euros, la G Watch tout comme Android Wear a un goût de gadget de luxe pour le moment. Soyons sûrs que le système évoluera rapidement, d'autant plus que les mises à jour sont envoyées directement par Google, sans que les constructeurs ou les opérateurs ne puissent interférer.

lg g watch preview  (37)

Merci à Mathieu d'Android-MT pour la Pebble.

Commenter 2 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Joker
Comme dit en fin de test, c'est encore jeune, trop à mon goût d'ailleurs.
Quand je pense qu'avec la reconnaissance vocale, qui est quand même censée permettre pouvoir rédiger des petits textes énoncés, n'est même pas foutue de mettre des virgules et des points, se contentant de faire des trucs du style "Salut virgule tu vas bien point d'interrogation" c'est quand même étrange :mrgreen:
Signaler Citer