Actualité
Fleur Pellerin 2015

Fleur Pellerin nous répond : "il n'a jamais été question d'interdire la revente de jeux"

par

Fleur Pellerin a répondu par tweet et sa réponse se veut rassurante, même si elle reste très floue.

Comme nous vous le disions ce matin, les joueurs voient d'un très mauvais oeil les DRM. Microsoft, par exemple, avait levé contre lui les joueurs du monde entier lors de l'annonce de la première version de la Xbox One qui obligeait à avoir une connexion internet pour jouer. C'est d'ailleurs en juin 2013 qu'une journée de mobilisation contre ce système avait été lancée pour dire « non » au blocage des jeux d'occasion.

Ce matin nous apprenions que Fleur Pellerin, ministre de la Culture, souhaitait la mise en place généralisée des DRM sur les jeux vidéo.

Un jeu physique acheté dans le commerce doit être enregistré sur une plateforme éditeur pour éviter qu'il ne soit revendu. De même, un jeu en ligne disponible sur une plateforme de distribution est lié au compte de l'utilisateur afin que ce même jeu ne puisse pas être téléchargé plusieurs fois après une première acquisition.

Faisant un parallèle entre la mise en place des DRM et la baisse du piratage, la généralisation de ces derniers semble lui paraître une solution pour aider les éditeurs de jeux, surtout les français. 

Après plusieurs années de mise en œuvre, force est de constater que ces mesures ont effectivement permis de changer les habitudes des consommateurs et de faire baisser considérablement le niveau de piratage des jeux vidéo. L'ensemble du secteur du jeu vidéo, et en particulier la création vidéoludique française, trouve là une protection indispensable, a fortiori dans le contexte actuel de développement du marché du jeu dématérialisé qui, bien que propice à une plus grande diversité créative, est confronté à une économie plus fragile.

À cette déclaration, vous avez été nombreux à réagir que ce soit sur nos forums ou encore sur les réseaux sociaux. De mots doux censurables jusqu'à de vrais argumentaires, vos commentaires ont été intéressant et nous ont motivés à contacter Fleur Pellerin pour essayer d'en savoir plus. C'est donc via Twitter que notre message est parti :

Quelques minutes plus tard, le message suivant - avec un "s" de trop à "jeux vidéo" - a été posté par Fleur Pellerin :

Cette réponse se veut donc rassurante, mais n'explique pas vraiment ce qu'elle entendait donc exprimer dans sa réponse. De plus, soyons clairs, les DRM sont là pour lier un jeu à un compte et donc en empêcher la revente, ce qui est au final inquiétant, quoi qu'en dise ce tweet de Fleur Pellerin.

Commenter 86 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Joker
Bah pourtant, c'est exactement ce qu'elle a dit.
Sinon, j'ai ris au tweet cinglant que vous lui avez envoyé, genre "T'es pas un peu teubé toi ?", puis sa réponse à la limite de l'énervement. :lol:
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
NeoBattosai
Ministre de l'inculture ..... Cette **** (désolé du terme) devrait laisser son poste à des gens plus compétents, quand j'entends dire qu'elle prépare un recours auprès du conseil d'Etat pour contrer l'interdiction de moins de 18 ans d'un film porno .... Puis ils viennent se plaindre du porno accessible auprès des jeunes ...

De toute façon ce gouvernement .... entre elle et l'autre qui voulait enlever le délit pour tous les conducteurs sans permis et sans assurance ....
Maintenant ils veulent faire ch**r un peu plus les joueurs, suffit pas qu'ils viennent à chaque fois avec leurs clichés sur le jeu vidéo, qu'ils viennent faire des amalgames entre les actes terroristes et les jeux .... Aujourd'hui ils viennent avec ça, ce sera quoi la prochaine fois ?
Signaler Citer
notyoann
De toute façon elle parle dans le vent sa ne çe feras jamais sa tirais le marcher français en 30 min, suffit d acheter nos jeux chez les voisins européen ou sur le net et pouf plus de drm...... Trop con , m enfin sérieux
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
angel-nikita
Elle se contredit la madame .

Elle dit qu'elle veut enregistrer les jeux sur une plateforme pour éviter qu'il ne soit revendu et après elle dit qu'il n'est pas question d'interdire la revente des jeux .

Soit elle joue sur les mots en disant que ça deviendra obligatoire d'enregistrer les jeux sur une plateforme et du coup pas la peine d'interdire la revente de jeux par une lois .

Soit c'est la fin de sa phrase " telle qu'elle se pratique aujourd'hui" qui porte le mystère sur un futur du marché de l'occasion

Soit elle ne sait pas ce qu'elle dit ou soit elle nous prend pour des gros jambon bien salés .
Signaler Citer