Test Android
Xiaomi Black Shark 2 images photos test (4)

TEST du Black Shark 2 : un smartphone qui se prend pour une Nintendo Switch... De quoi nous impressionner ?

par

La deuxième génération du Black Shark vient prendre sa revanche sur le secteur des smartphones gaming qui lui a fait un accueil mitigé l’an dernier. Une nouvelle tentative qui s’avère probante.

Fiche technique, design et ergonomie

Encore dans l’ombre du géant Xiaomi, son actionnaire majoritaire (46 % de parts de l’entreprise), Black Shark a profité d’un évènement à Pékin pour se démarquer enfin. Quoi de mieux pour cela que de proposer un téléphone de haute volée dédié aux gamers nomades. Sans être foncièrement mauvais, les précédents mobiles de la société (Black Shark et Black Shark Helo) n’avaient que survolé le secteur de niche des smartphones gamers, restant surtout localisés sur le marché chinois et laissant Asus et son RoG Phone faire main basse sur le reste. Fiche technique à l’appui, le Black Shark 2 est là pour régler ses comptes et s’imposer comme une référence auprès des joueurs.

Fiche technique

  • CPU : Snapdragon 855, 2,84 GHz
  • GPU : Adreno 640
  • Versions : 8 Go RAM, 128 Go mémoire ou 12 Go, 256 Go
  • Dimensions : 163,61 mm / 75,01 mm / 8,77 mm
  • Poids : 205 grammes
  • Batterie : 4 000 mAh
  • Capteurs photo arrière : 12 Mpx
  • Capteur photo avant : 20 Mpx
  • Vidéo : 4K
  • Écran : 6,39" AMOLED
  • Ratio affichage : 19,5:9
  • Définition : 1080x2340
  • Résolution : 403 PPI
  • SIM : Nano SIM
  • Connecteur : USB Type-C
Xiaomi Black Shark 2 images photos test (1)

S’il y a bel et bien des évolutions entre le modèle original et celui-ci, ce n’est certainement pas au niveau du design du téléphone qu’elles se situent. Le Black Shark 2 reprend sensiblement la même apparence que son ainé avec une qualité de fabrication toujours à son avantage. Tout en lui est étudié pour que le consommateur sache directement qu’il a affaire à un pur produit dédié aux jeux vidéo.

L’expérience est tournée vers le jeu vidéo.

Xiaomi Black Shark 2 images photos test (8)Ses courbes à l’arrière du téléphone et ses bandes lumineuses sur le côté sont relativement tape-à-l’œil, mais probablement pas autant que le logo illuminé situé à l’arrière qui crierait « smartphone gaming » s’il le pouvait. Dans le dos de l’appareil, la différence entre les deux générations se joue en grande partie sur l’ajout d’un cadre en verre, bien salissant, qui vient surligner les lignes vertes caractéristiques du mobile tout en englobant les capteurs photo. Lesdits capteurs sont par ailleurs en position verticale et non plus horizontale comme ce fut le cas, grosse nouveauté donc...

À l’avant, le constat n’est guère différent. Nous retrouvons les belles lignes vertes d’autrefois sur un écran à peine plus grand que son prédécesseur. La seule grosse différence, c’est cette dalle étirée en hauteur pour grignoter les bordures, le tout sans que le constructeur ne ressente le besoin de succomber à la mode des encoches. Après tout, l’expérience est tournée vers le jeu vidéo, la politique « toujours plus grand » de Black Shark est donc plus que pertinente et donne de très belles images en jeu. Globalement, la société a cherché à en faire plus dans tous les domaines (définition de l’écran, taille, poids...), mais dans des proportions relativement anodines. Nul doute que Monsieur-tout-le-monde n’y verra que du feu.

Xiaomi Black Shark 2 images photos test (12)Du reste, il ne sera pas perdu. La reconnaissance faciale est de retour tout comme l’unique connecteur en USB Type-C et le bouton d’accès au « Shark Space » (nous y reviendrons). L’absence de prise Jack et de micro SD ne trahit pas non plus les habitudes de Black Shark. De mauvaises habitudes dans le cas de la prise Jack, puisque la nécessité de brancher un casque sur un téléphone gaming nous paraît plus que nécessaire, surtout à l’heure du streaming. Un adaptateur est au moins présent dans le package du téléphone, l’honneur est sauf.

Écran et interface

Les futurs acquéreurs seront en revanche heureux d’apprendre que la société utilise désormais une dalle Oled. Cette technologie avait été sacrifiée sur l’autel des coûts de production pour les derniers modèles. Le Black Shark 2 gagne automatiquement en qualité d’image, notamment pour tout ce qui est contraste. Les couleurs de base sont en revanche un peu froides et semblent avoir besoin d’un petit coup de pouce, rien qui ne soit pas réglable dans les paramètres.

Le Black Shark 2 est épuré et par conséquent très facile à prendre en main même pour un néophyte.

Xiaomi Black Shark 2 images photos test (3)Rien à dire en revanche du côté de la luminosité. Le Black Shark 2 a trouvé le juste dosage pour chaque moment de la journée. Le matin et l’après-midi, la réflexion lumineuse s’avère suffisante pour éviter d’être gêné par les reflets du soleil. Le soir, l’éclairage peut être augmenté sans agresser notre rétine. Là encore, le téléphone donne le sentiment d’avoir été bien calibré pour préparer de longues sessions de jeu nocturnes. Faire confiance à la luminosité automatique est toutefois une erreur. Cette dernière s’avère capricieuse et a tendance à diminuer drastiquement la luminosité dans une pièce légèrement éclairée.

Dans cette affaire, il faut aussi mentionner l’éclairage nocturne, sorte de filtre orangé censé protéger les yeux de l’utilisateur. En l’absence de lunette anti-lumière bleue, cet éclairage peut prendre le relais sans pour autant avoir la même efficacité. Son activation est en revanche paramétrable. Il est ainsi possible de l’enclencher tous les jours à une certaine heure ou seulement la nuit. Un bon moyen de prendre soin de sa vue sans avoir besoin d’y penser.

Xiaomi Black Shark 2 images photos test (9)L’interface est pour sa part des plus simples, voire même simpliste. Le Black Shark 2 est épuré et par conséquent très facile à prendre en main même pour un néophyte. En dehors du Shark Space et de certains programmes (notamment l’appareil photo) s’inspirant de l’OS des Xiaomi, le Black Shark 2 ne réserve de surprise pour personne.

Performances

C’est forcément dans ce domaine que le Black Shark 2 est le plus attendu. Après avoir jeté un œil à la fiche technique, difficile de douter des compétences du bonhomme en testant les titres les plus gourmands en ressources durant de longues sessions de jeu. Le smartphone frémit à peine face à l’adversité. Même avec des applications ouvertes en tâche de fond, le téléphone fait son office et il le fait bien. Qui plus est, le Black Shark 2 peut se vanter de ne pas chauffer des masses même en cas d’utilisation prolongée. Le fabricant en avait parlé en long, en large et en travers durant la conférence de présentation pour que tout le monde comprenne bien l’importance de l’innovation, et il faut reconnaître que pour une fois ce n’était pas qu’un discours de marketeux. Le système de refroidissement à plusieurs couches empêche l’appareil de se transformer en patate chaude et fait aussi rapidement descendre la température lorsque le téléphone n’est plus sollicité. En même temps, nous ne lui en demandons pas plus.

Le Black Shark 2 peut se vanter de ne pas chauffer des masses.

Xiaomi Black Shark 2 images photos test (13)Avec son équipement de machine de guerre haut de gamme, nous n’imaginons pas une seule seconde le smartphone flancher devant une application. Mais qui sait, dans un avenir proche ou juste pour frimer un petit peu, les utilisateurs pourraient avoir besoin de puissance pour faire tourner des jeux. C’est ici que la touche du Space Shark prend tout son sens et que le Black Shark 2 embrasse pleinement sa destinée de téléphone pour gamers. Payer plus cher ce genre de smartphone, c’est aussi pour avoir accès à ses applications gadgets. Autrement, autant s’acheter un téléphone performant de type OnePlus 6T ou Huawei P30 qui ne sont pas aussi optimisés pour le jeu vidéo que le smartphone qui nous intéresse aujourd’hui. Bref, le Space Shark c’est cet espace où tous vos jeux sont centralisés. La fonctionnalité ne fait heureusement pas que cela. Elle permet aussi de limiter le nombre de choses qui tournent en arrière-plan, ne laissant opérationnelles que les attributions essentielles d’un téléphone (appeler et envoyer des messages en somme). Le mode Ludicrus va plus loin et signe la véritable nouveauté du Space Shark. Dans ce dernier, il est possible de mobiliser le GPU et le CPU à votre guise. Autant dire que les joueurs s’amuseront à faire chauffer la machine en poussant ces deux composants dans leurs derniers retranchements. Encore une fois, c’est un plaisir inutile, mais pourquoi le bouder ?

Le PDG de Black Shark nous a également fait un long laïus sur l’impressionnante réactivité de son téléphone durant sa conférence du 18 mars. L’annonce n’avait pas de quoi faire hurler de joie et elle restait surtout à prouver. Point de pipeau de la part de l’entreprise chinoise, le Black Shark 2 est bel et bien réactif. Bien plus que la moyenne à vrai dire puisque la latence de son écran est estimée à 43 ms. C’est rapide et bien mieux que les 60 ms du premier modèle. Néanmoins, il faut tester cela sur des FPS très nerveux pour s’en rendre compte, le gain étant pour le moins difficile à cerner pour les simples néophytes de la high-tech.

Black Shark 2Un dernier mot concernant l’autonomie. Sans surprise, l’accumulateur de 4 000 mAh fait du bon boulot et garantit une durée de vie plus que confortable à l’utilisateur pour un usage standard. Ce n’est toutefois pas la panacée et il est encore possible de trouver bien mieux que le Black Shark 2 dans ce domaine. Notre attention se porte davantage sur le chargeur rapide de 27 W fourni avec le téléphone et qui est capable de recharger intégralement le terminal en un peu plus d’une heure, même durant une partie. Une estimation (très) approximative du temps de charge restant est par ailleurs disponible dans les paramètres. La raison veut que nous nous en méfiions, cette dernière ayant trop souvent tendance à surestimer le potentiel de la batterie.

Accessoires

S’il y a bien un autre domaine dans lequel Black Shark 2 gère ses affaires, c’est avec les accessoires. La comparaison ne se fait pas ici avec la première génération de requins noirs, mais avec le RoG Phone, lui aussi accro des gadgets de gamers. La république des gamers peut en effet trembler devant la paire de Joy-Con de gamepads qui orne désormais le téléphone. Une fois équipé, l’aspect Nintendo Switch saute immédiatement aux yeux et se ressent particulièrement dans la maniabilité, même si les pads de Big N sont un poil mieux fichus et finalement plus esthétiques que le design anguleux de ceux du Black Shark 2.

L’aspect Nintendo Switch saute immédiatement aux yeux.

Xiaomi Black Shark 2 images photos test (5)L’ergonomie n’est pas à remettre en cause, c’est davantage l’obligation d’avoir une coque adaptée qui pose problème. Le modèle original avait un souci similaire et de surcroît, la coque obligatoire était affreuse ce qui a été corrigé dans le cas présent. Malgré ces quelques états d’âme, force est de constater que ces accessoires sont plus que recommandables vu le plaisir et la simplicité qu’ils procurent. La mauvaise nouvelle, c’est que les manettes se connectent uniquement en Bluetooth. Encore une spécificité héritée de la première génération qui vous obligera à recharger chaque appareil individuellement avec le câble de la batterie.

Pour rester dans le Switch-like, le Black Shark 2 met en avant sa complémentarité fantasmée avec nos téléviseurs. Avec le renfort d’un câble USB-C/HDMI (vendu 40 € sur le site officiel), le constructeur veut nous faire croire que l’expérience sur écran géant peut être fantastique. Sans l’avoir essayé, il est facile de très bien imaginer le festival de pixels que cela doit être. Néanmoins, le support de manettes adapté à cette pratique paraît plutôt compétent pour sa part. Là encore, impossible de le tester, mais il se pourrait que malgré sa petite taille, le combo manettes/support soit le plus pertinent pour profiter à fond de son smartphone.

Xiaomi Black Shark 2 images photos test (7)Un petit dernier pour la route, voici la coque refroidissante. Celle-ci s’est laissée approcher ne serait-ce que pour un court instant. Trop court malheureusement pour constater les réels bienfaits sur un téléphone qui ne chauffe déjà pas beaucoup. Assez long en revanche pour remarquer l’encombrement de l’engin qui n’est ni joli à regarder, ni pratique dans la vie de tous les jours.

Photo

C’est généralement dans ce domaine que les téléphones gaming se vautrent et nous pouvons dire que le Black Shark 2 ne déroge pas à la règle. Ses objectifs arrière de 12 Mpx sont là pour faire le taff, mais c’est le minimum syndical pour un appareil de ce prix-là. Le niveau de détail est élevé, mais le lissage important dégrade la qualité de la photo.

Le lissage important dégrade la qualité de la photo.

Xiaomi Black Shark 2 images photos test (10)Ajoutez à cela un petit peu de grain, en particulier sur les portraits, les images zoomées ainsi que les clichés avec une faible luminosité et nous obtenons des capteurs photo plutôt mitigés. Des deux c’est tout de même le second, dédié aux grands angles et aux portraits qui fait le meilleur travail et qui devrait satisfaire les gamers peu exigeants quant à leurs photos de vacances.

Même combat pour l’optique avant. Ce module dédié aux selfies affiche pourtant un 20 Mpx alléchant. Une définition pas forcément évidente à l’œil nu tant le lissage est encore une fois marqué. Pas de problème de contre-jour, de flou, de sous-exposition ou d’images cramées à signaler en revanche. Dernière réflexion toute bête, le Black Shark 2 est visiblement fier de lui, assez en tout cas pour que la mention « Shot on Black Shark 2 AI dual camera » s’affiche sur toutes les photos par défaut. Une surprise qui peut gâcher vos premiers clichés et qui devra être supprimée rapidement dans les options.

Quelques clihés :

Xiaomi Black Shark 2 cliches test (10) Xiaomi Black Shark 2 cliches test (7) Xiaomi Black Shark 2 cliches test (8)Xiaomi Black Shark 2 cliches test (9) Xiaomi Black Shark 2 cliches test (11)Xiaomi Black Shark 2 cliches test (13) Xiaomi Black Shark 2 cliches test (14) Xiaomi Black Shark 2 cliches test (6) Xiaomi Black Shark 2 cliches test (12)

Finalement ?

L’évolution entre le Black Shark et le Black Shark 2 est loin d’être folle. Dans certains domaines, nous sommes même plus proches de la stagnation qu’autre chose. En plus de cela, nous avons déjà vu de meilleurs rapports qualité/prix pour des téléphones de cet acabit. La tentation est donc grande de se tourner vers la dernière génération de Samsung ou le très récent P30 de Huawei. Force est toutefois de constater que l’offre du Black Shark 2 est actuellement l’une des meilleures dans le monde des téléphones gaming.

Xiaomi Black Shark 2 images photos test (20)

La liste des doléances n’est pas bien longue, la qualité (ou plutôt le manque de qualité) des photos figure tout en haut de ce document officieux. Le manque d’inventivité est également un reproche qui nous pend aux lèvres, mais qui doit être nuancé en soulignant les efforts considérables que le fabricant a apportés aux parties composants, optimisation pour les jeux vidéo et accessoires. Les critiques s’arrêtent ici, elles sont pour la plupart adressées aux fonctionnalités « normales » ce qui est finalement assez secondaire pour un téléphone dédié au gaming. Et si avec ça vous ne percez pas dans l’eSport sur Asphalt 9 ou Arena of Valor et que vous n’enchaînez pas les Tops 1 sur Fortnite et PUBG, alors c’est qu’il y a un problème.

Le Xiaomi Black Shark 2 est proposé en 2 configurations sur le site officiel européen du constructeur :

Les plus
  • Des accessoires intéressants pour la plupart
  • Des performances au top
  • Très faible latence
  • Simple à prendre en main
  • Faire joujou avec le Shark Space
  • Optimisé pour le gaming
  • Système de refroidissement performant
  • Une expérience à la Nintendo Switch avec les gamepads
Les moins
  • Design clivant
  • Capteurs photo perfectibles
  • Toujours pas de prise Jack
  • Luminosité automatique capricieuse
  • Un manque d’innovation dans certains domaines
Notation
Verdict
17
20

Commenter 7 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Bass-N-Roll
Téléphone gaming ... Faut arrêter les conneries marketing, c'est que des jeux de gamins qui sont sur smartphone d'une, de deux les adultes qui jouent aux jeux qui sont présents sur smartphone ils y jouent soient sur leur PC soit sur leur console, de trois le public visé par ces téléphones n'a clairement pas les moyens de se payer un appareil de cette gamme de prix !
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Minarulother
Bass-N-Roll Wrote:Téléphone gaming ... Faut arrêter les conneries marketing, c'est que des jeux de gamins qui sont sur smartphone d'une, de deux les adultes qui jouent aux jeux qui sont présents sur smartphone ils y jouent soient sur leur PC soit sur leur console, de trois le public visé par ces téléphones n'a clairement pas les moyens de se payer un appareil de cette gamme de prix !

:?:
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Rapidkiller
Martial Duchemin Wrote:En quoi est-ce un titre putaclik ?
On prend un fait en posant une interrogation... Question qui déboule sur le test, du coup, je ne vois pas le putaclik... :geek:
Faut qu'on m'aide là xD

Comme l'ensemble des sites d'actu, comparer ce truc à une Switch revient à comparer une box internet avec option "jeu à la con" à une PS4 ou une Xbox.

Preuve en est la longueur du test qui parle de beaucoup de choses et peu de jeux (un comble pour un smartphone qui se prendrait pour une console non ?
Signaler Citer