Test
DOOM jaquette alternative option b

TEST - DOOM : Highway to Hell

par

DOOM : Le doyen de ce que l'on appelle désormais « First-Person Shooter », mais qui a en son temps donné ses lettres de noblesse au genre « DOOM-like » revient sur le devant de la scène avec un reboot de la série, plus de 23 ans après ses premiers pas sur PC. Rejoignez le Space Marine pour une nouvelle épopée martienne infernale et n'oubliez pas de ramener du détergent : le sang, ça tache.

1993, un an à peine après la sortie du très controversé Wolfenstein 3D, revoici les développeurs talentueux d'id Software avec une nouvelle franchise bien moins connotée, mais tout aussi fine et subtile : DOOM. Le jeu, vendu à l'époque en Shareware (vous aviez le premier épisode gratuitement et les 2 autres en payant ; le quatrième a été ajouté par la suite, ainsi qu'un nouveau mode de difficulté, tellement les joueurs trouvaient le jeu trop facile), fit un véritable raz-de-marée dans les PC du monde entier, tellement que certaines entreprises durent installer des logiciels « Anti-DOOM » pour éviter que leurs employés ne passent leur temps à tuer du démon au lieu de travailler...

Après un premier trailer à la QuakeCon 2007, un développement plus que chaotique et le départ de l'intégralité de l'équipe originelle (John et Adrian Carmack, John Romero et Tom Hall) au fur et à mesure des années, un DOOM 4 est annoncé. Malheureusement - ou heureusement diront certains -, celui-ci ressemblant trop à un énième clone de Call of Duty, ce DOOM 4 est avorté en 2013 avant de renaître de ses cendres à peine un an plus tard avec la sortie de Wolfenstein: The New Order, qui proposait un accès anticipé à la bêta du reboot de la série, pieusement baptisé DOOM.

Nous sommes en 2016 et à fin prêts à faire de nouveau parler la poudre, à prendre un malin plaisir à éviscérer les hordes démoniaques qui ont pris d'assaut la station martienne et tout ça seul contre tous. Comme toujours.

DOOM artwork de?mon 5

Achat chez notre partenaire

Autant vous prévenir tout de suite, DOOM ne fait pas dans la dentelle. Mais alors pas du tout. Ne serait-ce que pour tout simplement ramasser une simple clé, notre jovial Marine l'arrache aussi doucement que lorsqu'il éviscère un Imp. Si certains d'entre vous ont eu le bon goût de jouer à Splatterhouse (le remake), vous devriez retrouver un descendant de Rick dans les bottes maculées de cervelles diverses et avariées de notre Marine.

DOOM ne fait pas dans la dentelle.

Doom new screenshots 6Si vous avez un tant soit peu suivi la promotion du jeu via les différents trailers, vous n'êtes certainement pas passés à côté des fameux « Glory Kills ». Une fois affaibli, votre adversaire se mettra à tituber tout en luisant en bleu - en orange si vous êtes à portée de Glory Kill -, vous n'aurez plus qu'à presser une touche pour l'achever dans un bain de sang d'une manière particulièrement gore, à grand renfort de craquements de vertèbres, de démembrements ou d'énucléations toutes plus violentes les unes que les autres. Achever vos adversaires de cette manière vous permettra de regagner votre santé, car contrairement aux FPS actuels - les derniers Wolfenstein exceptés - DOOM ne propose pas de régénération de santé automatique. Old School jusqu'à la moelle, nous vous disons.

Mais ne désespérez pas, vous trouverez pléthore de soins et de munitions disposés sagement çà et là, au gré de vos affrontements ou de vos rares moments de paix. N'en oubliez pas pour autant l'exploration, car qui dit DOOM dit forcément secrets à foison. Cet opus ne déroge pas à la règle et, pour peu que vous ayez acheté les bonnes améliorations, vous devriez au moins avoir une vague idée de l'emplacement de tous ces derniers juste en consultant votre carte - qui est une véritable plaie à lire et à naviguer, soit dit en passant. Passons sur les différents objets que vous pourrez ramasser afin d'améliorer votre personnage, aux petits easter eggs plus ou moins bien dissimulés et concentrons-nous sur ce qui a fait la Légende (avec un L majuscule, s'il vous plaît ! ) de la série : son ambiance et ses combats.

Commenter 14 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Zer01neDev
"Mais un level design labyrinthique"
Pourquoi en défaut ? ces typique de DOOM, ces que si je disais de Uncharted "Trop linéaire, Trop couloir" ou de Assassin's Creed "Trop Open World" faut arrêté les connerie la !
Désolé mais la je n’accepte pas que a coté un jeu comme Uncharted est le droit a 19 alors qu'il est redondant a souhait sans rejouabilité.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Jean-Baptiste V.
Zer01neDev a écrit:"Mais un level design labyrinthique"
Pourquoi en défaut ? ces typique de DOOM


Pour tous les avoir poncés sans respect aucun c'est vrai que les niveaux sont labyrinthiques, sauf que, moteur de jeu obligeant, on n'avait pas cette verticalité typique de l'opus cru 2016*. Et le chemin était autrement mieux balisé (bon, là, c'est plus le vétéran qui parle, je les connais presque par coeur, ça aide). Alors que là, on se retrouve avec des enchevêtrements de couloirs les uns par-dessus les autres, une sorte de maelström inextricable qui nuit non seulement à la visibilité générale mais à l'implication du joueur à mon sens.

C'est ça que je sanctionne : c'est couloirisé, mais dans le mauvais sens du terme, c'est trop fouillis. Et c'est en ça que je trouve ça dommage :)

Ai-je répondu à ta remarque ?

*Le moteur de l'époque des DOOM originaux ne permettait pas de mettre deux salles l'une sur l'autre en plus de ne pas être de la "vraie" 3D, si je ne dis pas de bêtise ;)
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Jacky-Marley
+1 ! Voire même + 9000 !!! Tant de choses que je ne comprends pas dans ce test. Côté scénario, attribuer la note de 4/20 ça fait mal, quand même. On ne peut pas juger un Doom par son scénario, ce serait comme dire que les Gran Turismo sont nuls parce qu'il n'y a pas de scénario. Doom, c'est un FPS qui se joue sans scénar. On (je parle en tant que fan absolu de la série) en a rien à foutre de savoir qui est le DoomGuy, de connaître son passé, de savoir s'il va enfin trouver l'amour au fin fond de Mars. Le fait qu'on ne sache rien sur lui rend le jeu plus immersif.

" Un level design labyrinthique" : comme dit plus haut, oui c'est un Doom ! C'est pas une ligne droite, non non ! Il faut se démerder, trouver les clefs, essayer les vagues d'ennemis, se perdre ... il faut jouer à Doom.

Côté ennemis je suis pour et contre (on sent le mec super objectif) : Ok le panel d'ennemis n'est pas de toute premières fraîcheur, mais il y en a quand même un bon paquet. Honnêtement j'ai croisé plus d'ennemis différents en 2h sur Doom qu'en 20h sur The Division.

" Les références au Doom de 1993 que seuls les habitués comprendront " : prenons plus les choses comme une découverte du jeu de 93 qui est une perle. Il faut le dire : quand on y a jamais joué, c'est une plaie (notamment le fait que ça soit un FPS avec un axe Y inexistant). Mais essayer le Doom de 2016 pourrait donner envie d'essayer celui de 1993.

"Multi toujours aussi pataud" : je suis entièrement d'accord, le mode multi est pour moi foireux. Un vilain mélange entre Quake et Evolve, en mode chat et souris sous cocaïne et des mousquets à roquette. Aucune originalité. Si comme dans les deux derniers Wolfenstein le mode multi avait été oublié ça n'aurait pas été une grande perte. Des deatchmatch futuristes il y en a à la pelle. Par contre, des jeux bourrins avec des possibilités de coop, on n'en trouve pas tellement. Heureusement, le mode SnapMap propose de pouvoir jouer les cartes en multi coop, mais cela restera au bien vouloir de la communauté.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Jean-Baptiste V.
Jacky-Marley a écrit:Côté scénario, attribuer la note de 4/20 ça fait mal, quand même.


Bah DOOM prend 4 lettres. 4 points. J'ai pas cherché plus loin. Lui mettre plus aurait été me demander un effort. Je suis pas là pour ça :P
Plus sérieusement, c'était vraiment pour souligner l'absence TOTALE de scénar (qui se permet en plus de s'oublier tel un vieux croulant lors des Feux de l'Amour) en plein milieu du jeu. Non, franchement, 4 c'est gentil.


Jacky-Marley a écrit:On ne peut pas juger un Doom par son scénario, ce serait comme dire que les Gran Turismo sont nuls parce qu'il n'y a pas de scénario. Doom, c'est un FPS qui se joue sans scénar. On (je parle en tant que fan absolu de la série) en a rien à foutre de savoir qui est le DoomGuy, de connaître son passé, de savoir s'il va enfin trouver l'amour au fin fond de Mars. Le fait qu'on ne sache rien sur lui rend le jeu plus immersif.


Si on peut : on est en 2016 et après Wolfenstein : The New Order (qui est une tuerie), je m'attendais clairement à un truc du même acabit. Je te rejoins sur le fait que la série n'a jamais brillé par son scénario, mais Doom³ en son temps avait déjà un peu plus de boulot de ce côté-là. J'ai vraiment eu l'impression d'un retour 25 ans en arrière. C'est dommage.


Jacky-Marley a écrit:" Un level design labyrinthique" : comme dit plus haut, oui c'est un Doom ! C'est pas une ligne droite, non non ! Il faut se démerder, trouver les clefs, essayer les vagues d'ennemis, se perdre ... il faut jouer à Doom.


Je n'aurais pas dit mieux si le level-design avait été aussi inspiré que celui de ses illustres ancêtres. Je me suis royalement fait chier à crapahuter partout. Je sais pas, l'ambiance m'a moins plu que dans les opus précédents. Tu regardes les niveaux de l'Enfer, t'as l'impression que les mecs ils ont voulu coller un côté Tomb Raider x Uncharted à DOOM. J'ai pas trop compris le délire, et j'ai clairement pas accroché. Mais c'est peut-être moi.


Jacky-Marley a écrit:Côté ennemis je suis pour et contre (on sent le mec super objectif) : Ok le panel d'ennemis n'est pas de toute premières fraîcheur, mais il y en a quand même un bon paquet. Honnêtement j'ai croisé plus d'ennemis différents en 2h sur Doom qu'en 20h sur The Division.


Sauf qu'au bout de 5 heures de jeu, t'as rencontré l'intégralité des ennemis et surtout que le bestiaire a tendance à se répéter encore et encore, jusqu'à saturation, surtout au début. Entre les Grunts et les Imps, j'en ai eu rapidement marre. Heureusement que les Hell Knights sont arrivés, je commençais à m'endormir.


Jacky-Marley a écrit:" Les références au Doom de 1993 que seuls les habitués comprendront " : prenons plus les choses comme une découverte du jeu de 93 qui est une perle. Il faut le dire : quand on y a jamais joué, c'est une plaie (notamment le fait que ça soit un FPS avec un axe Y inexistant). Mais essayer le Doom de 2016 pourrait donner envie d'essayer celui de 1993.


Pourrait. Sauf que tu oublies la claque graphique. Beaucoup de joueurs seront rebutés par ça.


Jacky-Marley a écrit:"Multi toujours aussi pataud" : je suis entièrement d'accord, le mode multi est pour moi foireux. Un vilain mélange entre Quake et Evolve, en mode chat et souris sous cocaïne et des mousquets à roquette. Aucune originalité. Si comme dans les deux derniers Wolfenstein le mode multi avait été oublié ça n'aurait pas été une grande perte. Des deatchmatch futuristes il y en a à la pelle. Par contre, des jeux bourrins avec des possibilités de coop, on n'en trouve pas tellement. Heureusement, le mode SnapMap propose de pouvoir jouer les cartes en multi coop, mais cela restera au bien vouloir de la communauté.


Ils remettent les trick jumps, les RL et ils équilibrent les armes et je serai le Quaker le plus heureux du monde. Mais comme ça n'a pas l'air d'être au goût du jour, je resterai à faire du SnapMap :/ C'est vraiment dommage, surtout au vu de la qualité des multis de Doom et surtout de Quake (le 4 n'existe pas).
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Romspartan117
Jacky-Marley : Je reprends exactement les mêmes arguments que toi ! C'est simple j'ai pas d’intérêt d'écrire un pavé car tu as TOUT dis ! :D

Je rajouterais juste que 4/20 au scénario ? WTF :?: :?: :?:

Pour un DOOM je m'attendais au néant absolue niveau scénar, mais celui proposé est TRÈS LOIN d’être nul ! Il est sobre et facile a comprendre, je m'y suis attaché dés le début les personnages sont charismatiques, le fil conducteur se met en place petit à petit ( surtout si on finit les niveaux a 100% :twisted: et que l'on lit les entrées du codex) et l'histoire du marine doom est épique à souhait ! Franchement je vois pas pourquoi le 4/20 :(

Moi je met la note de 18/20 pour les mêmes raisons que Jacky-Marley j'ai enlevé un point pour le multi qui aurait du être aussi puissant niveau dégâts que le solo ( Super shotgun en mousse :? )
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Jacky-Marley
Rwede : Je comprend entièrement ta façon de voir les choses ! (Nan nan je suis pas un connard aigri :D ) même si je suis pas tout à fait d'accord ^^ (Bah ouais je change pas mon fusil d'épaule non plus ^^)

Je ne pense pas qu'il y ai une absence totale de scénar ! ok il tiens sur un post it mais il y en a quand même un ^^ reprend par exemple ... ça va me faire du mal de dire ça ... Doom 3 (qui n'a jamais existé pour moi) ils ont implanté une trame, une intrigue, une histoire et même un visage au DoomGuy qui soit dit en passant a vraiment une sale gueule xD bref tout ça n'a pas reussi au jeu qui a été pour moi un fail total ! un doom ou tu avance petit à petit en te disant "Meeeeeerde un imp en face alors est ce que ça vaut le coup que je gâche une balle de pompe ou alors je le le tente au flingue parce que bon pas trop de balle ..."

Rwede a écrit:Si on peut : on est en 2016 et après Wolfenstein : The New Order (qui est une tuerie), je m'attendais clairement à un truc du même acabit. Je te rejoins sur le fait que la série n'a jamais brillé par son scénario, mais Doom³ en son temps avait déjà un peu plus de boulot de ce côté-là. J'ai vraiment eu l'impression d'un retour 25 ans en arrière. C'est dommage.


On peut pas comparer Doom à Wolfenstein même si c'est le même créateur et le même type de jeu ^^ l’univers est complètement différent, le fait que Wolfenstein se base sur un fait historique en base de son histoire oblige le jeu à avoir une trame complète et non se contenter de dérouiller du Nazi à tour de bras :P
Dans Doom on se retrouve sur Mars à flinguer des démons, franchement pas besoin d'une grande trame non plus ça aurait ralentis le jeu ^^ (Après c'est mon avis aussi :P)

Rwede a écrit:Pourrait. Sauf que tu oublies la claque graphique. Beaucoup de joueurs seront rebutés par ça.


Oui et non ! Les joueurs ne s'arrêtes pas forcément aux graphismes la preuve avec tous les jeu indy qui marchent à merveille ^^ Je pense que les gens du mois une partis voudront découvrir ce qui nous a fait rêvé par le passé

Rwede a écrit:Je sais pas, l'ambiance m'a moins plu que dans les opus précédents. Tu regardes les niveaux de l'Enfer, t'as l'impression que les mecs ils ont voulu coller un côté Tomb Raider x Uncharted à DOOM. J'ai pas trop compris le délire, et j'ai clairement pas accroché. Mais c'est peut-être moi.


Je vois ce que tu veux dire ^^ après les goûts et les couleurs ... moi j'aime bien mais je conçois tout à fait que tu aime pas :)

Rwede a écrit:Ils remettent les trick jumps, les RL et ils équilibrent les armes et je serai le Quaker le plus heureux du monde.


Possible :P je saurais pas te dire j'ai jamais brillé sur les multi comme Quake :P sur ce point je te fait entièrement confiance
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Jean-Baptiste V.
Romspartan117 a écrit:Pour un DOOM je m'attendais au néant absolue niveau scénar, mais celui proposé est TRÈS LOIN d’être nul ! Il est sobre et facile a comprendre, je m'y suis attaché dés le début les personnages sont charismatiques, le fil conducteur se met en place petit à petit ( surtout si on finit les niveaux a 100% :twisted: et que l'on lit les entrées du codex) et l'histoire du marine doom est épique à souhait ! Franchement je vois pas pourquoi le 4/20 :(


Je vous renvoie tous les deux au paragraphe où je parle de l'absence d'identification au personnage. Pas une seule fois je ne me suis senti dans le jeu à 100%, certainement à cause de la trop grande brutalité inutile de notre protagoniste. Le scénar tient sur un timbre-poste et il faut en effet bien lire avec assiduité (et aussi savoir fouiller) pour comprendre les bases du scénario... Point qui me dérange. Je ne demandais pas à avoir un scénar digne de Half-Life, BioShock ou même DIshonored, mais un minimum de background et d'attachement au personnage. J'avais beaucoup plus l'impression d'être spectateur qu'acteur, ce qui, pour un FPS, est quand même un comble.

Encore une fois, c'est un avis personnel, et je conçois et comprends tout à fait que vous ne soyez pas d'accord ; n'empêche que j'ai voulu marquer le coup, surtout quand on se permet de sortir 2 ans après Wolf : TNO, qui posait quand même de sacrées bases, sans parler des cinématiques et autres seconds-rôles absolument fantastiques. allez pas me dire que Wolf3D avait un meilleur scénar que Doom premier du nom, on va pas être d'accord :D

--- EDIT ---


Jacky-Marley a écrit:Rwede : Je comprend entièrement ta façon de voir les choses ! (Nan nan je suis pas un connard aigri :D ) même si je suis pas tout à fait d'accord ^^ (Bah ouais je change pas mon fusil d'épaule non plus ^^)


Fais gaffe à pas passer l'arme à gauche !


Jacky-Marley a écrit:Je ne pense pas qu'il y ai une absence totale de scénar ! ok il tiens sur un post it mais il y en a quand même un ^^ reprend par exemple ... ça va me faire du mal de dire ça ... Doom 3 (qui n'a jamais existé pour moi) ils ont implanté une trame, une intrigue, une histoire et même un visage au DoomGuy qui soit dit en passant a vraiment une sale gueule xD bref tout ça n'a pas reussi au jeu qui a été pour moi un fail total ! un doom ou tu avance petit à petit en te disant "Meeeeeerde un imp en face alors est ce que ça vaut le coup que je gâche une balle de pompe ou alors je le le tente au flingue parce que bon pas trop de balle ..."


Tu touches un point très sensible... Doom³ est mon jeu culte. Je voue une véritable adoration sans limite pour cet opus que je trouve justement excellent de par sa direction artistique, son côté survival et son Soul Cube. id a tenté de proposer autre chose et j'ai accroché direct, comme quoi :D
Cela étant, je te rejoins sur le DoomGuy, il est dégueulasse, mais je sais pas, je suis bien plus rentré dans le personnage. Et puis, j'ai tellement joué à Super Turbo Turkey Puncher Threeeeeeeeee que je ne peux absolument pas être objectif. Et pourtant, comme toi, je suis un fanboy absolu de la saga complètement assumé, soit dit en passant.

Jacky-Marley a écrit:On peut pas comparer Doom à Wolfenstein même si c'est le même créateur et le même type de jeu ^^ l’univers est complètement différent, le fait que Wolfenstein se base sur un fait historique en base de son histoire oblige le jeu à avoir une trame complète et non se contenter de dérouiller du Nazi à tour de bras :P
Dans Doom on se retrouve sur Mars à flinguer des démons, franchement pas besoin d'une grande trame non plus ça aurait ralentis le jeu ^^ (Après c'est mon avis aussi :P)


Dois-je te rappeler que le DoomGuy est l'arrière-arrière-arrière(?)-petit-fils de Blazko ? :) Alors oui, je force le trait, mais c'est quand même pas compliqué de mettre un background plié en 2 minutes ou une petite cinématique d'intro histoire de comprendre le b.-a.-ba. de ce qu'il se passe. Là, c'est même pas envoyé par-dessus la jambe, c'est clairement délaissé dès le début avant de complètement partir en roue libre à peine le milieu du jeu franchi.

Jacky-Marley a écrit:Oui et non ! Les joueurs ne s'arrêtes pas forcément aux graphismes la preuve avec tous les jeu indy qui marchent à merveille ^^ Je pense que les gens du mois une partis voudront découvrir ce qui nous a fait rêvé par le passé


Oui et non, encore une fois :P Beaucoup de joueurs de CoD ou de FPS modernes ne passeront pas la barrière... Quant aux autres, ils ont du goût, eux :3

Jacky-Marley a écrit:Je vois ce que tu veux dire ^^ après les goûts et les couleurs ... moi j'aime bien mais je conçois tout à fait que tu aime pas :)


Pareillement.

Jacky-Marley a écrit:Possible :P je saurais pas te dire j'ai jamais brillé sur les multi comme Quake :P sur ce point je te fait entièrement confiance


Sans avoir brillé, il faut reconnaître que les multis des Quake (surtout le III) étaient juste dantesques et jouissifs. Q3A me manque tellement D: Quake Live, c'est pas le même feeling, malheureusement.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Jacky-Marley
Rwede a écrit:Tu touches un point très sensible... Doom³ est mon jeu culte.


Je considère que Doom 3 c'est le choux de Bruxelles de la saga (waaaaaa mais paye ta comparaison de merde !) dans le sens ou c'est très simple: On aime ou on aime pas du tout ^^ perso parmis mon entourage j'ai les deux types et souvent la discutions deviens longue ^^

Rwede a écrit:Dois-je te rappeler que le DoomGuy est l'arrière-arrière-arrière(?)-petit-fils de Blazko ?


Tu viens tout juste de me l'apprendre ! comme quoi, tenir un débat peut apporter de bonne chose :) je vais d'ailleurs peut être commencer à regarder les débats politiques à la télé (LOL nope)

Rwede a écrit:Oui et non, encore une fois :P Beaucoup de joueurs de CoD ou de FPS modernes ne passeront pas la barrière... Quant aux autres, ils ont du goût, eux :3


+1 ! mais bon aucun jeu n'a fait 100% de réussite auprès des joueurs ^^ faut bien qu'il y ai des haters de temps en temps sinon qui alimenterais les forums tel que jeuxvideo.com ? (va y comment il clash l'autre !)
Signaler Citer