Actualité
Crysis Head 01 07 2011 01

Crytek soutient les consoles condamnant le marché de l'occasion

par
Source: CVG

Vers la fin de l'ère occasion ?

Actuellement en plein peaufinage de Crysis 3, le studio Crytek a quand même pris le temps de se poser un petit moment pour penser à l'avenir, cet avenir où plusieurs nouvelles consoles vont sortir. Et étant donné que c'est un développeur qui vient du PC, il est toujours intéressant de savoir ce qu'il pense des machines Sony, Microsoft et Nintendo.

C'est par l'intermédiaire de Rasmus Hojengaaard que Crytek a indiqué ses attentes vis-à-vis de la prochaine génération, incluant la PlayStation 4 et la Xbox 720. Hormis un outil de conception simple et intuitif, il aimerait bien que les plateformes à venir soient équipées d'un système anti-occasion, dans le sillage des rumeurs qui entourent la PlayStation 4. Car pour Crytek, Crysis 2 se serait mieux vendu sans les jeux de seconde main et le piratage.

La pire chose qui peut arriver est qu'ils fassent des consoles très complexes pour nous, développeurs, malgré le fait qu'elles soient incroyables. Il faut donc des plateformes qui nous permettent d'avoir des prototypes facilement et rapidement, et toutes les extensions qu'ils pourront nous offrir seront également bienvenues, pour peu qu'elles soient accordées à tout le monde.

Quant à la condamnation de l'occasion :

D'un point de vue business, ce serait absolument fantastique. C'est bizarre que l'occasion soit toujours autorisée car cela ne marche pas comme ça dans les autres industries software, ce serait donc une bonne chose qu'ils règlent ce problème.

Mots-clés

Commenter 78 commentaires

Avatar de l’utilisateur
ryuga
j'ai pour habitude d'acheter neuf que les jeux qui le mérite et en occasion ceux que je pense être déçu ou ne valent pas la peine de payer le prix fort (comme crysis 2 que je trouver moins bon que le 1).

alors je le dit franchement et c'est pas une excuse pour justifier le piratage mais si l'occasion n'existe plus tous les jeux que j'aurai acheter normalement en occaz je les téléchargerais illégalement.Seul ceux qui le mériterons seront acheter aux prix fort par mes soin.
Signaler Citer
Rodi
Interdire le marché de l'occasion pour les jeux vidéos serait totalement illégal et beaucoup de joueurs (non collectionneurs) vendent des jeux d'occasion pour en acheter d'autres
Signaler Citer
darkclank
Même si ce système est lancé dans le futur, il n'y aura aucune conséquence.

Quand on voit la démocratisation du DLC alors que des gens gueulé ou même les codes à usage unique pour le online, même si ils tue l'occasion il y aura toujours des gens (ou pigeon) qui accepterons ce système, et c'est bien dommage :( .

D'ailleur pour les gens contre ce futur système, si il va existé, une pétition est actuellement en route, je vous donne le lien : http://www.ps4fanatics.fr/petition/index.php
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Schadows
La différence avec le pass-online et le DLC c'est que cela n'impacte pas tout le monde (certains jeux se joue très bien offline uniquement) ou l'impact financier est réduit. Empêcher l'occasion, c'est multiplier le budget jeux vidéo par 2 ou 3.

Visiblement, ils croient dur comme fer qu'en empêchant l'occasion, toute les ventes "ratées" se transformeront en nouvelles ventes dans le neuf. Perso je pense qu'on verra surtout le nombre moyen de jeux par console diminuer.
Signaler Citer
Bulex007
Question juridique qui me turlupine, si un spécialiste passe ici, j'aimerai avoir son (leurs) avis.

Du moment que le jeu est acheté par le joueur, il en devient bien le propriétaire.
Qui dit notion de propriété, dit droit d'en abuser comme bon nous semble (dans la limite de la légalité bien sur)

Le droit d'un bien, permet à son propriétaire de le revendre.

Il n'y aurait pas un problème là?
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
ariakas
rah lalala, mais faut pas être naif, il suffit qu'ils fassent un pass payant comme pour le online.
suffit qu'ils fassent un systeme de trophées en fonction du code BR et ça ne pourra jamais passer à une seconde main.
et puis allant au dela ,si c'etait illégal, alors Ubisoft aurait été attaqué depuis bien longtemps, Steam aurait été attaqué depuis bien longtemps.
Civilization 5, je l'ai acheté en boite, mais je ne peux pas le revendre a cause du lien Steam.
Settler 7, impossible à revendre et impossible de changer le pseudo qui est lié définitivement au jeu.

donc biensur qu'ils peuvent bloquer l'occasion en claquant des doigts et c'est légal.

et non, ça ne créera aucune pénurie d'argent pour les éditeurs.
Vos jeux d'occasion ont été acheté à la base par des gens.

et moi perso, je n'achète jamais occasion ou presque car il y a un risque de tomber sur des jeux endommagés.
et puis bon, j'aime pas ça l'occasion
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Schadows
Bulex007 a écrit:Question juridique qui me turlupine, si un spécialiste passe ici, j'aimerai avoir son (leurs) avis.

Du moment que le jeu est acheté par le joueur, il en devient bien le propriétaire.
Qui dit notion de propriété, dit droit d'en abuser comme bon nous semble (dans la limite de la légalité bien sur)

Le droit d'un bien, permet à son propriétaire de le revendre.

Il n'y aurait pas un problème là?

Le consommateur est propriétaire du disque, mais pas des données qui sont dessus, qui reste la propriété de auteurs (et plus généralement de l'éditeur qui se voit céder la propriété de la licence dans le cadre du contrat qui octroi le financement à ou aux auteurs).

Par conséquent, le marché d'occasion est normalement illégal (mais toléré). D'ailleurs c'est normalement pareil pour les films, et l'on peut lire lors des avertissement qu'il est interdit de louer, revendre, diffusé publiquement et même de prêter (ils peuvent toujours rêver) le dit film.

Il faut bien avouer qu'il y a quelque chose d'anormal dans le fait que l’œuvre soit revendue X fois et que les ayants droit ne touchent rien sur ces reventes, là ou les magasins spécialisés en occasions et l'état via la TVA ne se gênent pas.

Maintenant, même si cela revient finalement à appliqué la loi au pied de la lettre, la suppression de cette tolérance (considéré comme un "acquis" depuis bien longtemps) risque de faire scandale.

La meilleur option pour eux reste de favorisé la vente de jeux sur les plateforme dématérialisée (Live, SEN) via des tarifs plus attractifs, afin de "piéger" les consommateurs (pour ma part je n'achète sur le SEN que les jeux inférieur à 20€ ... car c'est plus ou moins ce que j'estime perdre en achetant un jeu puis en le revendant d'occaz).
Signaler Citer