Test Switch
Daemon x Machina 11 06 2019 screenshot (7)

PREVIEW de Daemon X Machina : un Arsenal plein de potentiel

par

Daemon X Machina : Nous avons enfilé notre tenue de pilote pour manœuvrer un mecha sur Switch. L'essai nous a-t-il convaincus ?

Mecha X Customisation

Cette année, le First Studio de Marvelous va proposer une toute nouvelle licence exclusive sur Nintendo Switch, Daemon X Machina. Sous ce nom se cache un jeu d'action intense mettant en scène des affrontements entre mechas. Suite à la démo Missions prototypes et aux retours des joueurs, les développeurs ont revu divers éléments et nous avons eu la chance de prendre le démon par les cornes durant 45 minutes pour juger des améliorations et mesurer le potentiel de ce jeu, le tout en mode TV.

Les développeurs donnent ici aux joueurs les moyens de créer le mecha de leur rêve.

Daemon X Machina

49,99 € sur Amazon* * Prix initial de vente : 49,99€.

Pour commencer, la patte artistique de Daemon X Machina ne se veut pas photoréaliste, mais proche d'un style manga ou anime, ce qui lui confère pour le coup une identité assez unique. Malheureusement, le jeu est bourré d'aliasing et un effet de flou se fait ressentir, que ce soit sur certains éléments au premier plan ou en fond. La bande-son est elle assez rock'n'roll, voire metal par moment, avec quelques thèmes plus posés de ce que nous avons relevé. Bref, elle envoie du lourd et colle plutôt bien à l'action proposée à l'écran.

Marvelous n'a pas été avare en éléments de personnalisation, qui sera à n'en pas douter l'un des points forts du jeu. Cela passe en premier lieu par la création de notre Outer, nom donné aux pilotes de mechas, à l'apparence modifiable de bien des manières : sexe, teinte de peau, coiffure et divers éléments du visage allant jusqu'à une hétérochromie des yeux, ainsi que les couleurs de notre combinaison. Il dispose aussi d'arbres de talents dont tous les éléments peuvent être débloqués, moyennant du temps et des crédits, renforçant nos aptitudes au combat. L'Arsenal, le robot que nous pilotons, dispose lui aussi de ce type d'options, avec des peintures et décalcos à appliquer sur chaque partie de son corps de métal, mais surtout d'un choix à première vue varié de pièces à débloquer au fil du jeu. Et autant dire qu'il faudra prévoir de passer des heures dans les menus pour créer le mecha de nos rêves, car chaque élément dispose d'un nombre assez conséquent de statistiques à prendre en compte, de quoi filer des maux de tête si ce n'est pas votre tasse de thé.

Daemon X Machina preview 22 07 2019Sans trop rentrer dans les détails indigestes, nous avons d'un côté l'armure (tête, corps, processeur, bras et jambes) et de l'autre les armes (droite et gauche doublées par les pylônes, épaule et un module auxiliaire), chaque pièce occasionnant un coût en mémoire et boostant certaines statistiques. L'affichage de tous ces nombres est plutôt clair dans l'ensemble, mais il ne faut pas être un allergique de la lecture. Dans tous les cas, les développeurs donnent ici aux joueurs les moyens de créer le mecha de leur rêve.

De l'action à foison

Une fois que tout est prêt, il est donc temps de partir au combat via l'écran de sélection des missions, classées selon leur difficulté de E à EX, disposant toutes d'un objectif principal et plusieurs secondaires, pour une rejouabilité assurée.

Le potentiel est donc clairement là pour vivre des batailles endiablées.

Daemon x Machina 12 06 2018 screenshot (5)La première à laquelle nous avons pris part (de rang B) nous demandait d'éliminer des vagues d'ennemis tout en essayant de protéger certains points stratégiques, avec en récompense des crédits et du loot à récupérer sur les mechas ennemis détruits. Si le framerate ne nous a pas dérangés, suivre l'action s'est avéré assez compliqué par moment tant les éléments à gérer à l'écran étaient nombreux, mais il faut dire que nous étions inexpérimentés. Heureusement, une mini-carte est présente pour s'y retrouver, même si elle n'aide pas à viser correctement avec le joystick droit. Les gâchettes ZR, ZL et L servent à tirer avec chaque arme, qu'il est possible de changer avec celle du pylône correspondant via la croix directionnelle pour les principales.

Un booster à utiliser au sol ou en vol permet de se déplacer plus vite, et trois modes distincts augmentent au choix l'attaque, la défense et la mobilité. Oui, l'Arsenal porte bien son nom ! Cerise sur le gâteau, il est même possible de créer un double d'un simple clic du joystick droit, piloté par l'IA. Si cette fonction est fort utile lorsque l'ennemi est en surnombre, elle consomme des femto, une énergie se régénérant avec le temps, à utiliser intelligemment lorsque la situation l'exige donc. Dans l'ensemble, la prise en main n'est pas si difficile, mais demandera de l'apprentissage. Le potentiel est donc clairement là pour vivre des batailles endiablées.

Daemon x Machina 12 06 2018 screenshot (1)Nous avons également pu prendre part à un affrontement face à un boss de rang B, une sorte de foreuse se cachant dans le sol et dont les attaques occasionnent pas mal de dégâts. Il était donc régulièrement nécessaire de se soigner à l'aide de caisse de soin à briser, pouvant être laissées par les ennemis mineurs après leur défaite. En plus de ça, deux autres pilotes et leur Arsenal nous épaulaient, qu'il était possible de ranimer à l'aide de femto s'ils venaient à être mis KO. Pourtant, la mission s'est soldée par un échec, mais nous étions proches d'en venir à bout ! Oui, la difficulté sera présente et il conviendra de bien penser notre équipement pour que chaque défaite nous serve de leçon, des sets pouvant au passage être enregistrés et éviter de perdre du temps dans les menus. Ce fut l'occasion de prendre le contrôle de notre Outer, qui n'est pas sans défense hors de l'Arsenal, pouvant tirer, envoyer des grenades et effectuer des dashs consommant de l'Endurance, mais qui ne fait clairement pas le poids face à de puissants adversaires. À charge de revanche.

Nos premières impressions : bon !

Preview Premieres Impressions Apercu Jauge Avis Zoom images ban (2)

Nous sommes donc ressortis plutôt surpris de cet essai. Daemon X Machina ne devrait pas avoir de mal à trouver son public, à savoir les amateurs d'action et de robots n'ayant pas peur des longues heures de grind pour améliorer leur Arsenal. Reste à espérer que l'enchaînement de missions ne sera pas trop répétitif dans le temps et que le scénario tienne la route. Quant au gameplay nous ayant paru un peu brouillon, il faudra voir si une fois parfaitement dompté, le ressenti restera identique.


redacteur vignetteOmega Law Alexandre Samson (Omega Law)
Responsable Correcteur - Rédacteur - Testeur
Fan d'Assassin's Creed, amateur de RPG et passionné d'expériences vidéoludiques en général. Lecteur de comics (DC) et de divers mangas (One Piece !). Chimiste et Whovian dans l'âme.
Suivre ce rédacteur : Twitter GamgerGen GooGle+ Plus GamerGen

Commenter 0 commentaire

Soyez le premier à commenter ce contenu !