Test iPhone / iPad
test

[TEST] Worms

par

Les worms reprennent les armes, la guerre est déclarée! Et c'est ici que ça se passe...

Test rédigé par Darknessneo et corrigé par Minimec.










L'invasion des worms débarque sur l'iPhone!




On ne présente plus le très célèbre Worms. Jeu de guerre avec des vers de terre.
Comme à son habitude, Worms ne comporte aucun scénario d'aucune sorte. Le but est de tout simplement d’éradiquer les adversaires.

Sur le menu principal, vous pourrez lancer une partie solo ou multi-joueurs ou encore configurer les options. Relativement basique, le jeu va droit au but, sans fioriture.

Les options elles aussi sont des plus basiques: sons, musique, vibration...

Vous pourrez également créer votre propre équipe, lui attribuer un nom et choisir le pseudo de chacun des vers.

En mode solo vous pourrez alors lancer une partie rapide, vous entrainer ou encore faire des défis.
Quoi que vous choisissiez le but sera le même : être le dernier survivant. Pour cela un vaste arsenal sera disponible. Certaines armes seront accessibles dès le départ, certaines seront en nombre limités, d'autres devront êtres débloquées en prenant des caisses.
Pour résumer, vous aurez le choix entre le bazooka qui est l'arme de base, des missiles ou des grenades, de la dynamite, un fusil à pompe, un pack-jet pour vous déplacer, un téléporteur, un chalumeau, des moutons explosifs, des bananes ou la très célèbre bombe sainte, etc etc! Vous l'aurez compris, il y a de quoi monter de belles petites stratégies.

Worms se joue tour à tour, chaque joueur pouvant déplacer un seul ver à la fois.

Le mode multi-joueurs permet quant à lui de jouer jusqu'à 4 joueurs sur le même appareil. Vous devrez au minimum être 2 joueurs puis il sera ensuite possible de rajouter 2 autres joueurs qui seront contrôlés soit par une personne, soit par l'IA.

Outre les armes, le jeu génère également du vent. Celui-ci étant alors indiqué directement par une icône en haut à gauche de l'écran. Il faudra le prendre en compte pour certains items comme les projectiles ou le parachute. Vous devrez alors tirer en fonction de la puissance du vent afin d'anticiper la trajectoire de votre arme.

Voila donc tout ce qui vous attend dans Worms.

Un scénario absent, comme de nombreuses versions consoles précédentes. Mais le plaisir de jouer est resté intact.


Le menu principal.




Worms se joue à l'horizontal. Exploitant le tactile uniquement et n'utilisant que très peu de commandes virtuelles.
La jouabilité est assez étrange à prendre en main. En effet, pour se déplacer dans le décor sans déplacer son ver il vaudra scroller avec 2 doigts sur l'écran, une acrobatie un peu chaotique surtout quand on sait que le zoom fonctionne avec le système de pitch de l'écran, c'est à dire en pinçant 2 doigts sur l'écran.

La petite taille des vers rend les sauts un peu compliqués. En effet il faut tapoter sur un worms pour le faire sauter en avant, et tapoter 2 fois de suite pour un saut arrière. Les déplacements des worms étant beaucoup plus simples, en laissant appuyer le doigt du côté où l'on souhaite déplacer notre petit ver.

Mais les déplacements ne sont pas le point le plus négatif du jeu. La prise en main du tir l'est en effet beaucoup plus. Prendre en compte la distance, la puissance du tir, l'angle et le vent rendent le lancement des projectiles très compliqués. On constate par ailleurs que l'IA est d'une précision redoutable. Même si très rarement il fait preuve de réaction un peut étrange.
On optera donc au début par des combats rapprochés ou des armes n'étant pas affectées par le vent tout comme on évitera le grappin qui n'est pas des plus facile à prendre en main.

Il faudra cependant faire ces choix rapidement, puisque chaque tour comportera un compte à rebours vous obligeant à décider rapidement l'action que vous allez mener, ou la stratégie que vous allez élaborer.

Vous pourrez en outre mettre le jeu sur pause, vous permettant par la même occasion de modifier les options ou revenir à l'écran d’accueil.
Vous pourrez dans certains modes choisir la difficulté, ou, comme dans le mode défis par exemple, elle sera déterminée automatiquement de façon progressive.

Une jouabilité un peu prise de tête qui demandera un peu de pratique.





Worms vous proposera une petite musique lors du menu principal. Ce sera malheureusement la seule. En effet, lors des parties vous n'aurez que les bruitages.
Ce manque que l'on avait déjà constaté sur les versions consoles est cependant compensé par la possibilité de lancer l'application iPod avant le jeu pour ainsi profiter de vos propres musiques.

En ce qui concerne les bruitages c'est une toute autre affaire. On retrouve avec plaisir les sons qui ont contribué à la réussite du titre. Du bêlement du mouton en passant par le alléluia de la bombe sainte, on se régale toujours autant.
Chaque arme dispose de son propre son et ces derniers restent bien réalistes.

Finalement, sans musique, mais en exploitant correctement les bruitages, nous sommes toujours plongé dans l'ambiance déjanté de Worms.

Très bons bruitages, mais pas de musique. Heureusement que l'on peut écouter la sienne depuis l'iPod.




Graphiquement, Worms ne réinvente pas la poudre. De type cartoon et en 2D on joue avec vue sur le coté.
Cependant, on retrouve la même qualité que sur les versions consoles.

D'un aspect rigolo, la gestuelle des vers en fonction des armes est vraiment bien réalisée et détaillée.
Les décors bénéficient du même traitement. Tout aussi colorés et disposant d'une demi-douzaine de fond différents environ, qui certes est peu, on se retrouvera toutefois sur des cartes générées de manière aléatoire et donc, unique à chaque partie.

La destruction des décors est toujours présente, et voir des bouts de terre flotter en l'air sera là encore monnaie courante, ce qui enlève cependant le côté réaliste il faut le reconnaitre.
L'interaction avec le décor est gérée comme à son habitude, il faudra sauter, s'agripper, s'élancer ou se jeter dans le vide en fonction des éléments du décor, ce qui offre le côté stratégique.

Les effets sont eux aussi toujours au rendez-vous. Explosions spectaculaires, ou autre arme loufoque, le charme graphique des anciennes versions consoles refont surface sur l'iPhone.


Sans être très technique, Worms a gardé le même charme d'antan.


Les décors sont très colorés et générés de façon aléatoire à chaque partie.




Les Worms-like sont immortels.
Tout comme les towers defense, ce genre de jeu n'a jamais vraiment de fin. Il y a certes un mode défis que l'on pourra terminer pour débloquer de nouvelles pierres tombales ou de nouvelles voix, mais sinon Worms est uniquement et simplement basé sur la lassitude.

Autant le mode solo pourra vite devenir barbant et répétitif, autant le mode multi-joueurs va révéler le vrai côté stratégique du jeu.
Affronter des amis qui maîtrisent plus ou moins le jeu rendra d'autant plus excitant chacune des parties.

Cependant, nul doute qu'avec ce jeu, vous passerez de longs moments de plaisir, sans compter les fans de Worms qui pourront enfin y jouer partout avec leur iPhone et iTouch.

Une durée de vie uniquement basée sur la lassitude, comme tous les jeux du genre d'ailleurs.




Globalement, Worms sur iPhone s'en sort pas mal. Reprenant les graphismes déjà vu sur les versions consoles et regroupant les items des dernières versions il est donc plutôt abouti.
Il aurait gagné en qualité en offrant des animations ou encore un mode campagne, voir un mode coopération où 2 équipes auraient pu se battre ensemble contre 2 autres équipes, et pourquoi pas via Bluetooh.

Cependant, sur l'AppStore, aucune mise à jour n’est évoquée, ce qui ne signifie nullement qu'il n'y en aura pas bien entendu.

Finalement, c'est le mode multi-joueurs qui va alors prédominer avec Worms. Le mot stratégie va alors prendre tout son sens.
Les fans en tout cas seront comblés sans nul doute par ce portage.

Finalement, pour 3,.99 € et une durée de vie illimitée, surtout en mode multi, Worms est un jeu avec un rapport qualité/prix plus que convenable.
La prise en main n'est bien évidement pas immédiate, mais au final le divertissement est garanti.

Nous noterons d'ailleurs qu'une version JAVA pour téléphone mobile existait déjà depuis bien longtemps.

Un jeu qui se révèle divertissant surtout en mode multi.





Le menu d'aide et d'option.


Le menu des options.


L'écran des crédits, on s'attendait à plus impressionnant.


Le mode solo.


Le mode entrainement pour apprendre à jouer.


Créez votre propre équipe et personnalisez-la.


Vous avez le choix des armes!


Après chaque match un écran vous donnera les faits les plus marquants lors de la partie.


Le mode défis vous proposera des combats de plus en plus difficiles.


Des astuces seront affichées avant chaque match. Vous pouvez néanmoins désactiver l'affichage via les options.


Quand un Worms n'a plus de point de vie il se fait dynamiter.


La bombe sainte est toujours aussi puissante !


Les Worms pensent souvent...


Lors d'actions importantes, une phrase viendra ponctuer le jeu.


Vous vous sentez seul dans votre coin ? Téléportez vous !


Le mode multi permet de jouer jusqu'à 4 joueurs sur le même appareil.


A plusieurs, le jeu vire très vite au carnage.








Retrouvez tous les précédents Tests de Jeux de nos Testeurs, simplement en cliquant ici !
Mots-clés

Commenter 16 commentaires

K1nd3r
Prise en main difficile mais une fois que l'on a compris le principe des partie géniale :) dommage qu'il n'y est pas un mode multi-joueur par wifi avec le monde entier sa aurai été bien sympa :)
Signaler Citer
Darknessneo
oui, il faut avouer que lorsque l'on rédige un test il n'est pas publié de suite, on pense donc qu'on arrive un peu tard mais enfait non ^^
merci en tout cas d'apprécier mon travail. ça fait plaisir et cela me donne envi de toujours m'améliorer.
Signaler Citer
Anonymous
darknessneo a écrit:oui, il faut avouer que lorsque l'on rédige un test il n'est pas publié de suite, on pense donc qu'on arrive un peu tard mais enfait non ^^
merci en tout cas d'apprécier mon travail. ça fait plaisir et cela me donne envi de toujours m'améliorer.

Idem, mais dommage qu'il n'y ai pas de scénario
Signaler Citer