Test
ICON0

Silent Hill Origins : maman, j'ai peur !

par

Si le cauchemar peut exister vidéoludiquement, ce jeu peut bien en être l'incarnation. Allez chercher votre lampe torche et prenez votre PSP, vous allez frissoner de terreurs.





Silent Hill, c'est déjà plusieurs opus sur PlayStation 1 et 2, c'est aussi une grosse franchise de Konami. C'est bien évidemment pour cela que ce jeu ne pouvait pas rater la petite console de SONY. Ce n'est ni un remake, ni du réchauffé, on a droit cette fois à un épisode entièrement original et exclusif à la PSP. Dans ce nouveau volet, on découvre les origines de Silent Hill, la célèbre ville aux faits étranges, aux rues sombres et aux maisons cauchemardesques remplies de monstres. Malgré les doutes de certains experts, l'équipe de développeurs anglais Climax a réussi son pari de transporter l'horreur de Silent Hill au format portable. Plus précisément, ce pari était de faire frissonner le joueur sur une console portable aux possibilitées limitées et c'est réussi.



Après un accident mystérieux, un camionneur nommé Travis Grady se retrouve coincé dans Silent Hill. Après une longue marche sur le bord de la route, il aperçoit une maison en train de brûler. Travis y entre et sauve miraculeusement une petite fille des flammes. En sortant de la maison, le vaillant camionneur s’évanouit et se réveille beaucoup plus tard, seul. Bref, durant tout le jeu, Travis n’a qu’une idée en tête, savoir ce qui arrivé à la petite fille sauvée dans l’incendie.

Le scénario, dans l’ensemble, est assez bon mais léger par rapport aux autres Silent Hill. En effet, dans cet épisode, il y a très peu de dialogues et peu de cinématiques faisant évoluer l’histoire de la série. Durant le jeu, Travis découvre au moins six lieux de la ville, en plus de parcourir les quelques rues accessibles, infestées de monstres.




La bande son a été travaillé par le grand Akira Yamaoka, il a travaillé sur Dance Dance Revolution, Rumble Roses et bien evidement aussi sur les précedents volets de Silent Hill. Il a clairement expliqué la difficulté de faire peur sur le petit ecran de la console portable et c'est bien pour cela qu'il a fallut se concentrer sur la partie audio.

Cette partie là met en éveil le sens de l'imagination car l'oeil ne peut pas voir à quoi correspond le son. Bien que A. Yamaoka ait travaillé sur les précèdents opus, il a reussi à rendre celui-ci unique, un craquement de bois, une musique d'ambiance ou même une voix peut faire frisonner de terreur. Par contre, la bande son qui est dans l’ensemble, avouons-le, un peu répétitive, peut devenir agaçante. En fait, la plupart des « pièces musicales » sont composées de deux ou trois effets sonores qui tournent en boucle. Certains joueurs trouveront que le tout peut vraiment tomber sur les nerfs à la longue.


Comme vous pouvez le voir sur l'image du dessus, la recherche de personnes, de monstre est quasiment impossible. C'est bien pour ça qu'il est primordiale de s'aider du son qui nous entoure. Notez qu'avec l'habitude, vous pourrez differencier les monstres via le bruit qu'il font. Dans l'ensemble, c'est assez varié, être dans la ville ne procure pas la même sensation que d'être dans un couloir long, étroit et très sombre.




Tout le monde sait que la PlayStation Portable a des possibilitées limitées, d'autant plus si c'est pour nous retransmettre des émotions. Et bien là, le barrage a été percé, le jeu n'est victime d'aucun bug, aucun clipping, d'autant ralentissement ... Les décors sont criant de réalisme, même les petits élements sont très bien réalisés. L'ambiance graphique est excellente, de plus elle est accompagnée de petites intéractions comme le fait de prendre l'ascenceur qui nécessitera qu'on deplace le curseur sur l'étage désiré.


Travis Grady est habilement modélisé, autant au niveau de son style vestimentaire que de son physique. Les monstres ne sont pas aussi bien faits mais ils sont quand même d’un bon niveau, ces derniers ressemblant la plupart du temps à des paquets de chair ambulants.

Silent Hill est très bien réalisé sur PSP et une fois de plus, le brouillard est de retour ! En se promenant dans les rues de la ville, l’ambiance est toujours aussi inquiétante, terrifiante. Dans l’ensemble, que ce soit pour les armes, les menus ou les effets visuels, Silent Hill possède de très beaux graphismes pour un jeu de console portable.




Voici un grosse part des attentes des joueurs, comment ont-its revu la maniabilité d'un Silent Hill sur une console portable. Et bien le personnage se gère principalement à l'aide du stick directionnelle et des gachettes R et L , les flèches directionnelles servant à naviguer dans l'inventaire des armes. On a la possibilité de voir la carte en appuyant sur triangle, le reste des interaction se fait avec la touche X ainsi que Select qui sert de menu pour gérer la vie et les objets cruciaux qui permettrons de continuer l'histoire.


Lors d'un combat, il faut se mettre en mode combat c'est à dire d'appuyer sur la gachette R, et après, il faut appuyer à multes reprises sur croix pour que Travis enchaine des coups à ses adversaires. On notera aussi la possibilité suivant l'arme en main de pouvoir jauger la puissance de notre coup, plus on laisse le bouton croix enfoncé, plus le coup sera fatal pour le monstre en face de nous. Notre héros peut aussi courir et tourner la tête automatiquement lorsqu'il un voit un objet important. L'objet crucial du jeu déjà present lors du début, pour ceux qui l'auront compris est la lampe torche. Il y a la possibilité de l'éteindre ou de la laisser allumée, on regrettera que les developpeurs n'aient pas eu de l'idée de la gérer sous forme de batterie de façon à utiliser la lampe à bon escient. En général, la prise en main reste intinctive que ce soit pour un habitué de la saga ou un pauvre novice ayant eu sa PSP.

Cette lampe de poche en question est une grosse part dans le gameplay de ce Silent Hill. En effet, lorsque Travis se retrouve dans un endroit sombre, il lui suffit d’éteindre sa lampe de poche et de marcher tranquillement pour ne pas se faire repérer par la plupart des monstres. Une technique efficace mais très stressante.

Concernant les armes que le héros peut utiliser, on en retrouve un peu partout durant notre aventure dans Silent Hill. De la masse au couteau, en passant par la télévision miniature, vous aurez à gérer vos armes qui se détruisent après quelques coups. Il faut donc y penser deux fois avant de confronter un ou plusieurs monstres. Dans cet épisode, surtout à l’extérieur, la fuite est souvent le meilleur moyen de survivre et de conserver ses items pour les moments importants du jeu.




Globalement, la durée de vie de Silent Hill Origins repose sur le temps qu'on prend pour résoudre les différentes énigmes du jeu. Autrement dit, plus on résout les énigmes rapidement, plus le jeu est court. En effet, si on passe moins de cinq minutes pour chaque énigme, le jeu peut se compléter en moins de 5-6 heures, ce qui est très court. Heureusement, les développeurs ont inclu plusieurs fins différentes ce qui allonge considérablement la durée de vie de ce titre.

Ces différentes fins sont disponibles en remplissant certains critères, par exemple, le nombre de monstres tués, le nombres de sauvegardes effectuées, etc. Bref, dans l'ensemble, la durée de vie de Silent Hill Origins est correcte mais certains joueurs passeront au travers du titre très rapidement.




Dean93:

Un pari réussi, c'est le premier jeu d'horreur foulant le pas sur une console portable et les joueurs espéreront que ce n'est pas le dernier. Plusieurs heures de jeux dans une histoire palpitante d'un routier qui a l'air d'avoir un passé assez traumatisant, une bande son qui nous tient sur nos gardes et qui enfonce encore plus dans le thème de l'horreur. La maniabilité est tout aussi excellente accompagnée de très peu de problème vis à vis de la camera ou du champs de vue bref c'est exceptionnel pour une console portable. Le jeu possède un graphisme bien unique et c'est ce qui en fait le charme. Silent Hill Origins est à posséder absolument, c'est un hit incontournable de cette fin d'année.


IceTiger:

Au final, l’épisode Origins ressemble plutôt à une version « court-métrage » dans la série Silent Hill par rapport aux autres titres qui avaient une durée de vie beaucoup plus conséquente et un scénario plus complet. Par contre, le jeu possède un certain style bien à lui que l'on retrouve seulement dans la série Silent Hill. Bref, malgré ses défauts, ce titre est tout de même l'un des meilleurs jeux parus sur la console jusqu’ici.








Source : dean93 et IceTiger

Commentez cette news ICI

Mots-clés

Commenter 31 commentaires

Anonymous
Merci pour ce test, je suis bien content d'apprendre qu'il y a plusieurs fin différentes j'étais pas au courant surtout que je l'ai depuis peu et j'ai bien avancé déja ! Perso je lui donne un bon 18 à la vue de cette bonne nouvelle. :D
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Jonyjack
ouais enfin moi dans l'hopital quand on passe derrière le miroir après on descend et il y a des monstres déjà ça fait bien flipper et puis les enigmes me posent trop de problèmes bref j'ai vite décrocher et j'ai rendu l'UMD :?


Merci pour ce bon test :wink:
Signaler Citer