Test
Devil May Cry 4 Special Edition 23 03 2015 screenshot 8

#PREVIEW - Devil May Cry 4: Special Edition - Nous avons joué avec Vergil

par

Devil May Cry 4: Special Edition : Mais aussi avec Trish et Lady. Alors, est-ce bien de faire du neuf avec du vieux ?

En attendant une éventuelle aventure inédite de Dante (DmC: Devil May Cry 2 ou Devil May Cry 5 ?), Capcom a décidé de remettre au goût du jour les deux derniers jeux mettant en scène le beau gosse. Il y a d'abord eu DmC Devil May Cry: Definitive Edition sur PlayStation 4 et Xbox One, et il y aura bientôt Devil May Cry 4: Special Edition. C'est ce dernier qui nous intéresse plus particulièrement aujourd'hui puisque nous avons eu la chance d'y jouer un peu plus d'une heure. Nous nous sommes notamment concentrés sur les quelques éléments inédits de cette version qui sera vendue uniquement sur les plateformes de téléchargements par chez nous. À commencer par la possibilité d'incarner Vergil.

Vieux, moche, mais généreux.

Devil May Cry 4 Special Edition Vergil (14)Le jumeau de Dante sera donc de la partie dans ce Devil May Cry 4: Special Edition, avec une quête personnelle se déroulant une quinzaine d'années avant celle de Nero. Pourtant, ne vous attendez pas à traverser de nouveaux environnements puisque le blondinet trimballera également sa classe dans la ville de Fortuna. Si vous aviez déjà traversé ses décors, vous ne devriez pas être trop dépaysés, sauf en cas de défaillance de mémoire. Point de vue du gameplay, Vergil nous offre un mix entre ses coups de Devil May Cry 3 et ceux de DmC: Devil May Cry. Il dispose d'une attaque à distance (des épées invoquées), tandis que son arsenal n'est pas en reste entre Yamato, Force Edge (une lame plus lente) et Beowulf (pieds et poings de métal). L'astuce est de switcher entre ces armes pour faire pleuvoir les combos, sachant que Vergil peut également se téléporter vers les ennemis ou se transformer en super démon de la mort (qui tue tout).

Outre les deux frères terribles et Nero, Devil May Cry 4: Special Edition permet de (re)vivre l'expérience principale avec un autre couple, composé de Trish et Lady. Si la blonde se bat à l'aide de pistolets, d'une arme spéciale, ainsi que de ses pieds et poings, la brune peut faire appel à un bazooka et à un fusil à pompe pour combattre avec style. Et avec lenteur... D'ailleurs, à ce sujet, force est de reconnaître que la prise en main a pris un sacré coup de vieux, surtout en comparaison de la nervosité proposée par DmC: Devil May Cry. Capcom s'est contenté de transposer le feeling tel quel, et tant pis s'il ne tient plus vraiment la route en 2015.

Devil May Cry 4 Special Edition Vergil (7)Graphiquement, Devil May Cry 4: Special Edition ne fait vraiment pas dans le neuf non plus, et nous comprenons mieux le suffixe "Special Edition" plutôt que "Definitive Edition". Textures pauvres, niveaux assez vides, modélisation tout juste correcte... Il n'y a pas de doute, nous sommes bel et bien en face d'un jeu datant tout de même de 2008. Certes, le passage en 1080p lisse un peu l'image, mais le portage est loin d'être beau. Il n'est pas beau de loin non plus, il faut dire... Quel est l'intérêt du produit, de fait ? Rappeler au retardataire ce qu'était Devil May Cry 4, en reposant sur un contenu orgiaque pour les fans : cinq personnages, une pléthore de difficultés et bonus en tout genre. Vieux, moche, mais généreux. Comme un papy ?

Commenter 5 commentaires

Avatar de l’utilisateur
GogoX54
Même si j'y ai pas touché sur PS3 se sera pendant une promo pas chère pour moi . Et si le gameplay et comme le 3 non merci (j'ai surkiffé le reeboot par contre : rapide , nerveux ect)
Signaler Citer
matt971
dodogeek a écrit:Si il n'y a pas d'histoire inédite vergil prend la place de qui dans le scénario.

Personne l'histoire de vergil est inédite et se passe 15 ans avant dmc 4
Signaler Citer