Test
bboycover 144

B-Boy. Un jeu qui hip et qui hop et qui break tout !

par

Trop paresseux pour faire du sport ? Trop frileux pour sortir dehors ? Remettez vous en forme avec B-Boy en un temps record ! Pour en savoir plus,

Certains se souviendront toujours d'une rubrique particulière, il y a quelques années, du magazine de jeux vidéo très connu Gamepro. Cette rubrique présentait des idées de jeux par des lecteurs dont une seule par mois était retenue pour être analysée par l'un des rédacteurs du magazine. Ceci nous amène à vous parler d'une des idées de cette rubrique, un jeu de break dancing. Acclamé par les rédacteurs du magazine, ce concept passa le test haut la main et certains voyaient même en lui le futur Tony Hawk. À l'époque, le lecteur qui avait soumis cette idée en question était sûrement loin de se douter que quatre ans plus tard, son projet serait concrétisé par une compagnie peu connue dans le monde des jeux vidéo.


Disponible sur PS2 et PSP depuis quelques mois en version européenne exclusivement (pour l'instant), B-Boy plonge le joueur dans une jungle urbaine où l'enfer de la rue fait rage, sans la violence évidemment. Vous devrez vous défendre contre plusieurs opposants à l'aide, non pas avec des coups de pieds et coups de poings, mais bien de windmills, de six-steps et autres mouvements plus ou moins spectaculaires. Le jeu prend place dans les années 2000, on peut remarquer cela par la présence de plusieurs compagnies de vêtements récentes et également par l'architecture environnante des différentes pistes de danses inclues dans B-Boy. La version PSP et PS2 sont pratiquement identiques, mêmes modes, mêmes personnages et même contenu global.

B-Boy consiste en un jeu basé sur le rythme et le timing. En fait, le jeu n'est que du rythme, du timing et un peu de mémoire. Pour obtenir le plus grand nombre de points, il faut simplement enchaîner des figures différentes les unes à la suite des autres avec le bon timing tout en appuyant sur R ou L quand les petites coches blanches rencontrent la barre qu'il y a sur le cercle entourant notre personnage.

 


Concernant le gameplay, le joueur peut choisir les boutons assignés au différentes figures selon un concept assez particulier. Les quatre boutons de la PSP représentent 4 catégories de mouvements différents. De plus, chaque mouvement, dépendant de sa difficulté et de sa valeur en points, occupe une place plus ou moins grande sur une barre. En gros, dès que cette barre est remplie, on ne peut assigner plus de mouvements.

Dans B-Boy, on retrouve, dans le mode événement, plusieurs vrais breakers originaires des quatre coins du globe comme Crazy Legs. Plusieurs lieux de danses sont disponibles, du parc au métro en passant par un gymnase d'école. Un des points faibles de ce jeu est la totale absence d'interactivité entre le danseur et son environnement. Il est impossible de faire quoi que ce soit avec les murs, poteaux, bancs ou autres. Cela aurait amené un peu plus de profondeur au jeu et certains tableaux auraient pu devenir beaucoup plus intéressants que d'autres. Tout çela fait que tous les lieux sont identiques au niveau du gameplay: il y a un espace délimité pour danser, on y danse et c'est tout. On peut au moins se réjouir que la foule et certains éléments du décors soient  changés d'un lieu à un autre.

Dès le début du jeu, le joueur a le choix entre deux modes: carrière ou événement. Le mode carrière est plutôt intéressant: challenges, concours, démo pour acquérir un sponsor, entraînement, etc. Comme je viens de le mentionner, plusieurs sponsors sont présents dans le jeu et ceux-ci sont des compagnies réelles, comme par exemple Adidas. Ces sponsors sont accessibles en terminant la démo pour acquérir un sponsor dans le mode carrière. Par la suite, de nouveaux vêtements du sponsor seront disponibles dans la garde-robe de votre danseur.

Au début du mode carrière, le joueur doit se créer un personnage. Les options de création au point de vue physique sont plutôt limitées mais au moins la garde-robe finale, après avoir eu tous les sponsors, est plus que respectable. Une grande force de ce jeu est que chaque B-Boy est unique. En effet, les forces, les faiblesses ainsi que les différents enchaînements possibles pour un breaker dépendent toutes directement de son entraînement. Pour débloquer une nouvelle transition entre deux figures, afin de ne pas perdre son combo, il suffit de pratiquer les deux figures l'une à la suite de l'autre dans le mode entraînement du mode carrière. Bref, plus vous faites une figure, plus vous serez bon pour faire celle-ci ainsi que les autres mouvements de la même catégorie.





Pour débloquer de nouvelles figures pour votre breaker, il suffit simplement de progresser dans le mode carrière, on obtient une nouvelle figure à la fin de pratiquement tous les duels. Concernant ces différents mouvements de breakdance inclus dans le jeu, la panoplie disponible est variée et presque complète. Les mouvements de bases sont tous là et certaines variations de ces mouvements en question le sont également.

On peut également noter la présence du mode Team Battle qui consiste en un duel de danse -2 VS 2- à relais avec votre partenaire. Ce mode aurait été beaucoup plus intéressant si les 4 danseurs auraient été sur le plancher de danse en même temps et qu'il aurait été possible de faire des mouvements en équipe ou avec un ou plusieurs des adversaires comme dans le film You Got Served. Une idée à développer dans un prochain opus.

Concernant le mode multijoueur, le jeu nous propose de faire des duels ou encore de danser en équipe. On peut danser avec notre personnage créé ou encore en choisir un dans la dizaine mis à notre disposition. Il n'y a pas beaucoup de ralentissements et l'action est assez fluide. On peut jouer jusqu'à quatre joueurs dans la même partie.



 




La capture de mouvement à été très bien réalisée et le résultat final est prenant. Les figures sont réalistes et fluides et, de plus, l'enchaînement de plusieurs d'entres elles l'est tout aussi. J'ai été assez impressionné par les graphismes surtout ceux des personnages. Sur PSP, c'est un des quelques jeux où on croit vraiment à la 3D et aux volumes qui sont vraiment bien représentés et proportionnés. Malgré le fait que ça pourrait paraître assez banal, j'ai rarement vu dans des jeux des aussi beaux souliers et des aussi belles bottes que celles dans B-Boy… L'aspect luisant de certaines pièces de vêtement est tout aussi impressionnant.

 



 
Au niveau de la trame sonore, B-Boy est très réussi. Elle inclue pas mal de succès qui donnent le goût de bouger et qui sont encore très populaires auprès des chorégraphes et danseurs de style hip-hop, urbain. Par contre, les effets sonores des menus et autres sont un peu agaçants et irritants à la longue. Dans l'ensemble, au niveau du son, B-Boy rend très bien l'atmosphère désirée par les développeurs, celle du ghetto et de la rue. Au menu, on trouve des titres comme Kool And The Gang: Open Sesame, James Brown: Get On The Good Foot, Jackson 5: Let’s Have A Party et Bobby Byrd: Hot Pants (I’m Coming, I’m Coming, I’m Coming). Que de souvenirs des années 80' et 90'...


 



La difficulté globale de B-Boy est assez élevée, surtout après les premiers 70% du jeu. Vers la fin du mode carrière, les batailles de danse passent de -1 VS 1- à -1 VS 1 VS 1 VS 1-. Cela rend la tâche beaucoup plus difficile étant donné qu'un danseur est éliminé à la fin de chaque tour et que rendu à ce niveau, les danseurs adverses font des combos et des figures payantes à n'en plus finir. Beaucoup de figures et de morceaux de vêtements sont à déverrouiller dans le mode carrière et c'est très motivant.


Dans l'ensemble, B-Boy est un jeu innovateur et rafraîchissant. Malgré le fait qu'il ait été un peu boudé sur PS2, nous pensons que B-Boy a sa place sur PSP étant donné qu'il est facile d'accès, très simple et que les parties sont relativement courtes. Même si ce jeu présente quelques défauts, il semble raisonnable de penser que les développeurs les corrigeront pour le futur B-Boy 2. Pour un jeu nouveau genre, il faut être franc, c'est un excellent début.

Graphismes 16/20
Les graphismes montrent bien les capacités plus que respectables de la console portable de Sony. On peut noter dès les premières minutes de jeu les différents effets visuels présent dans le jeu qui rehaussent la qualité de B-Boy.

 

Bande Son 17/20
Pour une bande son de développeur sorti de l'ombre, c'est vraiment très réussi. Les chansons sont variées et ont toutes un rythme entraînant. Dommage que les effets sonores soient un peu irritants sinon j'aurais mis une meilleure note.

 

Jouabilité 14/20
C'était sans doute la plus grosse contrainte pour les développeurs du jeu étant donné qu'il est quand même assez compliqué d'imaginer un gameplay de breakdance. Le défi a été relevé mais sans plus. Il y a place à l'amélioration en complexifiant un peu le tout.

 

Scénario -
Il n'y a pas de scénario dans B-Boy. Certains diront que c'est tant mieux, d'autres non. En tout cas, intégrer un scénario à un jeu de sport est toujours très risqué, surtout si on observe les navets comme NFS Carbon ou encore Tony Hawk Underground.

 

Durabilité 16/20
Le mode carrière est assez long pour un jeu de ce genre mais un peu trop répétitif. La présence de mini-jeux n'aurait pas été de trop. D'un autre point de vue, la garde-robe est bien remplie, les mouvements sont variés et les niveaux de jeux sont nombreux. À long terme, avec de la pratique, c'est le genre de jeu avec lequel on peut impressionner pas mal de gens avec une chorégraphie endiablée!

 

Note Globale 15/20


Boudé par la critique comme Free Running avec des notes médiocre entre 8 et 12 sur 20, B-Boy s'inscrit dans les jeux auxquels il faut donner une chance et prendre le temps d'apprivoiser.

Nous vous invitons à visionner une vidéo faite par IceTiger à l'époque où la démo du jeu venait de sortir. Elle met en scène un duel sur la chanson I Like To Move It de Reel2Reel. Nous espérons que vous aimerez !


Lien vers la video

Retrouvez les précédents articles sur ce sujet :
PSPGen Mag: le numéro 0 est dispo!
IDEF: Une vidéo de B-Boy
Les sorties UMD Jeux de la semaine du 01 au 8 octobre 2006



 

Commentez cette news en cliquant ICI

Mots-clés

Commenter 11 commentaires

Anonymous
J'aime bien ce jeu la j'avoue que je l'ai un peu laissé tombé mais je pense mis remettre.
Par contre si quelqu'un savait comment nommer son personnage au début du mode carrière ça serait cool s'il pouvait m'expliquer parce que moi je m'appelle "custom" par défaut, et j'ai pas l'impression qu'on puisse changer...
Signaler Citer
teddytedd
bel article
ça m'a même donné envie de m'y remettre, je dois avouer que depuis la sortie de mohh, je l'avais un peu oublié, d'ailleurs ce jeu très bon, très beau et bien fait, n'a pas vraiment de scénario mais il faut dire que dans la vie réelle, les danseurs eux mêmes n'ont pas beaucoup plus de perspectives mis à part devenir le meilleur, donc être respecté de tous (comme dans le jeu) et avoir du fun
, même si l'on peut noter depuis quelques années, une recrudescence d'ouvertures à des carrières plus prestigieuse comme des rôles au cinéma, théatre, manifestations en tous genres et bien d'autres,
bref, la danse hip hop a un bel avenir devant elle (je parle pour le territoire français car aux usa, cela fait parti intégrante de leur culture depuis longtemps et ce, parmi toutes les catégories d'àge et sociales)
Signaler Citer