Actualité
cloud computing

Xbox One : un investissement colossal dans le Cloud

par
Source: VG247

Microsoft ne fait pas les choses à moitié.

Malgré le fait que Microsoft ait abandonné l'usage des DRM pour la Xbox One, il n'en reste pas moins que le Cloud sera une fonctionnalité importante de la nouvelle console. Le service que le joueur connaît actuellement va subir quelques modifications : il ne se cantonnera plus seulement à la conservation des sauvegardes des jeux, mais aura un bien plus grand rôle. Titanfall ou bien encore The Division, par exemple, seront des titres qui ne se joueront qu'en multijoueur. Mais ce n'est pas tout, le Cloud supportera entre autres une partie des calculs de la Xbox One pour permettre des rendus graphiques encore plus époustouflants.

C'est pour cela que l'entreprise se doit d'injecter continuellement des fonds dans de nouvelles infrastructures de Cloud Computing. Microsoft vient aujourd'hui de confirmer qu'ils allaient investir la bagatelle de 700 millions de dollars dans un tout nouveau datacenter situé près de Des Moines dans l'Iowa.

Le géant de l'informatique est en train d'agrandir son parc informatique pour atteindre son objectif de 300 000 serveurs d'ici à la sortie de la console. Il reste encore cinq mois à la firme de Redmond pour atteindre ce chiffre.

microsoft-cloud

Commenter 21 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Helvete
Je ne sais pas combien de serveur Sony aura besoin mais sans doute autant que Microsoft (avec ses 300'000 serveurs) sachant que dans le cas de Microsoft le Cloud n'est là que pour faire une partie des calcules pour la Xbox One alors que dans cas de la PS4 ce sont des jeux entiers qui seront streamé.

Ont parle souvent de infaisabilité du Cloud computing de la X1 mais le Streaming des jeux PS3 sur PS4 ?????

94742 a écrit:Ah ouè quant même 8O . Je me demande combien de serveurs Sony aura besoin pour streamer tous les jeux ps1, ps2 et ps3.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
babaookikou
@Helvete

Le cloud computing existe depuis longtemps sur PC donc aucun risque d'infaisabilité. Cependant ce que je comprends moi là dedans c'est "On à investi beaucoup là dedans, il faudra que vous payer un peu plus pour supporter les charges" et ça, ça ne me plaît pas tant que ça.

Sony ce sera le même principe des serveurs qui pourront streamer les jeux via Gakai et du cloud computing via Gakai également d'ailleurs ce ne sera pas du calcul en temps réel via Cloud mais du streaming de pré-calculé via Cloud en gros ce devrait être équivalent en terme de puissance entre les deux cependant ils en parlent beaucoup moins chez Sony vu que Gakai n'est prévu qu'en 2014.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
iradier26
Helvete a écrit:Je ne sais pas combien de serveur Sony aura besoin mais sans doute autant que Microsoft (avec ses 300'000 serveurs) sachant que dans le cas de Microsoft le Cloud n'est là que pour faire une partie des calcules pour la Xbox One alors que dans cas de la PS4 ce sont des jeux entiers qui seront streamé.

Ont parle souvent de infaisabilité du Cloud computing de la X1 mais le Streaming des jeux PS3 sur PS4 ?????


Quoi qu il en sois le passé a prouvé ( a mon sens ) que Microsoft est a la hauteur de ces projet et je pence que Microsoft a de toutes façon une longueur d avance sur sony dans le domaine du online.
Signaler Citer
krim27
Plongeur a écrit:Rien n'indique que Microsoft va faire payer les joueurs en plus. C'est à ça que sert le Xbox LIVE Gold :wink:


salut !!!

xbox live gold signifie que tu paie deja plus cher
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Jaiden
Sachant que ma next gen ne connaîtra sans doute pas souvent les joies d'une connexion internet .. Le cloud, qu'elle invention bien "merdique".. Au lieu de simplement mettre la retrocompatibilité via disque et mettre un matos un peu plus performant dans une console .. Surtout que même si les ressources sont magistrales sur le cloud, mon débit n'en ferais passé qu'une infime partie ou ferait tout planté tout simplement. (c'est ça la campagne ..) pour être fibré faut être en appartement dans mon coin.
Signaler Citer