Actualité
Lynn and The Spirits of Inao   Artwork (1)

Lynn and the Spirits of Inao : stagiaires exploités, Kickstarter trompeur, Bloomylight Studio au cœur d'un scandale

par
Source: Facebook & Twitter

Depuis quelques heures, des stagiaires commencent à dénoncer les abus du studio français indépendant.

Au début du mois, le studio indépendant français lançait une campagne sur Kickstarter pour financer Lynn and the Spirits of Inao, un jeu en deux dimensions fortement inspiré des œuvres de Hayao Miyazaki. Bloomylight Studio demandait alors 53 000 € pour financer le titre, mais un récent scandale vient d'entacher la réputation du studio, dont voici la description officielle :

Lynn and The Spirits of Inao   Screenshot (1) Lynn and The Spirits of Inao   Screenshot (3) Lynn and The Spirits of Inao   Screenshot (4)

Fondé en juin 2013 par David Tollari, Bloomylight Studio est un studio de développement de jeux vidéo indépendant français basé à Aix-en-Provence. L’équipe est composée de joueurs passionnés et de fans de mangas, influencés par les grands noms de l’animation japonaise et des jeux des années 1990. Le studio travaille sans relâche afin d’offrir à ses productions une identité visuelle unique et immersive, et de proposer aux joueurs la meilleure expérience de jeu possible.

Mais depuis quelques heures, d'anciens stagiaires ayant travaillé pour le studio sur des périodes de plusieurs mois ont décidé de dévoiler leurs conditions de stages, qui sont loin de correspondre à l'image que le studio se donne. Ces quelques témoignages, notamment celui de Laureine Sautereau, sont en partie relayés par Sylvain Sarrailh, un concept artist ayant déjà travaillé dans des studios populaires :

Lynn and the Spirits of Inao Bloomylight Studio Stagiaires Rapports (1) Lynn and the Spirits of Inao Bloomylight Studio Stagiaires Rapports (2) Lynn and the Spirits of Inao Bloomylight Studio Stagiaires Rapports (6)

Ainsi, l'équipe était presque entièrement composée de stagiaires, qui n'étaient pas rémunérés, même après six mois de travail. Pire, David Tollari aurait même fait signer une fausse déclaration de rémunération afin de toucher une indemnité et même menacer de rendre un rapport négatif à l'établissement scolaire de la stagiaire, mettant ainsi en jeu l'obtention de son diplôme. Par ailleurs, l'expérience en milieu professionnel se faisait dans l'appartement du directeur du studio, un 20m² selon les témoignages alors que lui-même était absent, occupant le poste de surveillant dans un établissement scolaire à mi-temps. Légalement, un stagiaire doit être obligatoirement rémunéré s'il effectue un stage d'une durée supérieure à deux mois et l'entreprise ne doit pas excéder un pourcentage de 20 % de stagiaires par rapport à ses effectifs.

En plus de cela, l'équipe de Bloomylight Studio est, selon la description officielle, composée de cinq personnes passionnées et amateurs du Japon. Problème, les stagiaires n'ont jamais rencontré ces personnes et affirment même que la plupart d'entre eux ont claqué la porte depuis plusieurs années, les premières ébauches de Lynn and the Spirits of Inao datant d'il y a déjà cinq ans. Ainsi, presque toutes les animations présentes dans la bande-annonce sont l'œuvre de stagiaires qui ne sont nullement crédités pour leur dur labeur. Autre souci, il s'agit selon elle de simples animations, et non pas de séquences de gameplay, car le studio n'a jamais embauché le moindre programmeur, seul un stagiaire en programmation comme l'indique un rapport de stage. Le jeu n'aurait donc à l'heure actuelle aucune séquence jouable, alors qu'il est attendu pour avril 2017. Ce document permet par ailleurs de découvrir d'autres conditions de travail assez étonnantes et le caractère intimidant de David Tollari :

Lynn and the Spirits of Inao Bloomylight Studio Stagiaires Rapports (3) Lynn and the Spirits of Inao Bloomylight Studio Stagiaires Rapports (4) Lynn and the Spirits of Inao Bloomylight Studio Stagiaires Rapports (5)

Sur Kickstarter, la grogne monte depuis l'annonce de cette affaire, et certains ont même réussi à contacter deux autres stagiaires qui travaillent actuellement sur Lynn and the Spirits of Inao, les tâches de l'un d'entre eux étant réservées à la gestion de la campagne de financement participatif. Ces derniers auraient par ailleurs eu la consigne de ne pas venir travailler ce matin, pour « cause d'évènements tragiques ». Autre point à souligner, la page Facebook de Bloomylight Studio est actuellement indisponible et son directeur, David Tollari, ne semble pas répondre aux nombreuses requêtes des internautes.

Évidemment, ce n'est pas la première fois qu'une entreprise abuse de stagiaires sur un projet, et encore moins qu'une campagne de financement participatif se voit entachée par un scandale, mais il est assez rare de voir des témoignages aussi étonnants pour dénoncer ces abus. En espérant que David Tollari, directeur de Bloomylight Studio, partage rapidement sa version des faits afin de connaître toute la dimension de l'affaire.


redacteur vignette Clint008 Amaury M. (Clint008)
Rédacteur PC - Testeur
Explorateur de musique plus ou moins bruyante, collectionneur de casquettes et vénérateur de Blade Runner. J'aime les zombies et Cthulhu.
Suivre ce rédacteur : Twitter GamgerGen Instagram GamerGen vignette bouton

Commenter 7 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Ishiru
cernnunos a écrit:La responsabilité vient aussi à l'école. Car normalement, un prof doit venir voir le stagiaire à son travail et voir que tout se passe bien. C'est obligé.


Pas dans les écoles de jeu vidéo, simplement parce que trouver un stage dans ce domaine est hyper difficile et que du coup les stagiaires sont éparpillés dans toute l'Europe ( voir plus loin (canada etc .. ) si les démarches niveau visa ont été faites assez tôt ).

Après je n' ai jamais vu de stagiaires en JV être payés pour leurs stages ( 3 mois dans mon ancienne école ). Mais il ne nous était techniquement pas permis de travailler sur des productions à but lucratives. Bien que c'est ce qui se fait quand même en général, tout le monde y gagne.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Picoid DX
Ishiru a écrit:Après je n' ai jamais vu de stagiaires en JV être payés pour leurs stages ( 3 mois dans mon ancienne école ). Mais il ne nous était techniquement pas permis de travailler sur des productions à but lucratives. Bien que c'est ce qui se fait quand même en général, tout le monde y gagne.

Personnellement j'ai fait un stage de 3 mois, et dans un contexte semblable en plus : petit studio indé de 3 personnes, sans locaux, 2 stagiaires. Et ba j'ai quand même été payé.
Passé les 2 mois, le stagiaire doit être payé.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Efthé
Ça ne me motive pas plus que ça de chercher un stage... malheureusement pour moi ce sera obligatoire pour valider mes diplômes :mrgreen:
Quand on se paie la tête des gens, il faut s'attendre à un moment ou un autre que cela se retourne contre vous.
Signaler Citer
r0mu
Ça semblait intéressant, mais en fait c'est que du vent.
Juste un pauvre gars qui se croit passionné mais en fait n'y connait rien et ne s'est rien faire dans la création d'un jeu ou visuels. Pour couronner le tout, exploiter des stagiaires et leur faire un vieux chantage moisi... cette tristesse...
J’espère qu'il va couler, ça lui fera les pieds.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Ishiru
Picoid DX a écrit:
Ishiru a écrit:Après je n' ai jamais vu de stagiaires en JV être payés pour leurs stages ( 3 mois dans mon ancienne école ). Mais il ne nous était techniquement pas permis de travailler sur des productions à but lucratives. Bien que c'est ce qui se fait quand même en général, tout le monde y gagne.

Personnellement j'ai fait un stage de 3 mois, et dans un contexte semblable en plus : petit studio indé de 3 personnes, sans locaux, 2 stagiaires. Et ba j'ai quand même été payé.
Passé les 2 mois, le stagiaire doit être payé.


Théoriquement oui, c'est pour ça qu' on était pas sensé travailler sur des prod à but lucratives ...
Signaler Citer