Actualité
kickstarter logo

Kickstarter : le bilan de l'année 2014 en chiffres et informations

par
Source: kickstarter

Alors, que s’est-il passé l'année dernière ?

L'année 2015 commence et pour certains sites, c'est l'heure de faire le bilan de l'année 2014. Aujourd'hui, c'est donc Kickstarter, célèbre plateforme de crowfounding (financement participatif), qui sort le sien. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le site permet à n'importe qui de lancer un projet et de demander aux utilisateurs de le financer contre des récompenses diverses et variées selon le montant donné.

Beaucoup de jeux indépendants ont vu le jour grâce à Kickstarter, nous pouvons citer par exemple :

  • Shovel Knight ;
  • Wasteland 2 ;
  • Élite Dangerous ;
  • Star Citizen ;
  • Divinity :Original Sin ;
  • Faster Than Light ;
  • Et plein d'autres.

Passons donc aux chiffres, nous allons nous concentrer sur ceux concernant les jeux vidéo pour commencer. Il y a eu 1 980 projets financés pour un total de 89 millions de dollars. Il s'agit donc encore une fois d'une excellente année pour les développeurs indépendants, qui peuvent compter sur le soutien de leurs fans afin de réaliser leurs levés de fonds.

En nous éloignant de ce domaine, nous apprenons que les projets concernant la musique et les films sont les plus appréciés, comptabilisant 7855 projets finalisés. Notre passion vidéoludique se retrouve elle en quatrième place. Il y a eu un total de 22 252 projets supportés sur l'année 2014, pour un montant de 529 millions de dollars en globalité.

Il est également mentionné que c'est en août que les gens ont le plus financé de projets et que très peu ont vu le jour en janvier et février. Il faut dire que souvent après les fêtes de fin d'année et les impôts, le portefeuille rentre en hibernation. Pour être encore plus précis, c'est le mercredi que les gens sont les plus généreux, l'heure la plus favorable aux dons est 13 heures alors que presque personne ne donne à 5 heures du matin, un peu de logique nous direz-vous.

Et pour finir, partons du côté de l'Hexagone où nous apprenons qu'il y a eu 41 509 donateurs pour un total de 7,559 millions de dollars, ce qui n'est rien en soi face aux Américains, qui ont donné 335 millions de dollars pour plus de deux millions de personnes.

Voici à titre informatif le top 3 des projets les plus financés de 2014 sur la plateforme Kickstarter :

  1. Bring Reading Rainbow Back for Every Child, Everywhere! (permet de fournir une bibliothèque numérique gratuite aux écoles qui en ont besoin) ;
  2. COOLEST COOLER (une glacière qui fait blender, enceinte, chargeur USB, lampe, planche à découper, etc.) ;
  3. Kingdom Come: Deliverance (un RPG médiéval open world).

Il faudra donc surveiller l'année 2015 avec minutie pour trouver encore une fois de magnifiques projets à financer.

suatmm

Commenter 11 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Zek
Je vais être gentil et faire un commentaire sinon tu vas croire que tu es seul au monde. :mrgreen:

N'hésitez pas vous autres à manifester votre soutien par votre présence, c'est très important, un commentaire c'est une barre de bien-être de TJ619 qui remonte!
Signaler Citer
Wirus
De très beaux chiffres, bravo à tous ces projets qui ont réussi à aboutir, même si je ne suis pas spécialement d'accord avec la demande de participation financière en ce qui concerne le secteur du jeu vidéo, m'enfin ! :)
Signaler Citer
[HG] TJ619
Bah au final au lieu de payer après que le produit soit fini
tu paye avant

Et heureusement que ça existe, beaucoup de très bon jeux indé on vu le jour grâce à ça

Après y a quelque abus, mais c'est rare
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Zek
Moi je ne regrette pas ma contribution à Larian pour Divinity : Original Sin en sachant qu'avant la campagne de financement ce jeu ne me plaisait pas car ça se voyait que le jeu manquait de moyen, graphisme trop cartoon, gameplay pauvre et un gros point d’interrogation sur le contenu ?

Donc si ce jeu était sortie sans financement supplémentaire, je ne pense pas qu'il aurait eu la chance d'être le CRPG le plus marquant de 2014, il en était même très loin à vrai dire.

C'est ma seule contribution à Kickstarter même si j'ai suivi les campagnes de Wasteland 2, Project Eternity, etc, et donc avec le recule j'aurai au moins backé pour les projets que je viens de dire, le problème c'est que c'est nouveau et on à toujours besoin de voir ce que ça donne avant d'avoir confiance.

Et honnêtement sans Kickstarter l'année 2014 pour le jeu sur ordinateur serait bien pauvre pour moi.
Signaler Citer
Wirus
Ah bon, tous ceux qui ont contribué à Star Citizen par exemple pourront l'avoir gratos ? :o

Non mais en fait, je trouve que KickStarter c'est au final pas un super système parce que tu deviens dépendant de lui, or l'intérêt d'un indépendant c'est justement de ne pas dépendre de quelque chose (logique). Bah oui, quand tu y réfléchis bien, une fois que t'as "soumis" ton jeu sur cette plateforme, tu le contrôles plus réellement : c'est le public qui le contrôle. Il peut décider de faire couler le projet comme il peut décider de le financer un maximum, et une fois que t'as obtenu par exemple 1 million d'euros, tu es dépassé par les événements : je suis sûr que la plupart des jeux indés qui ont réussi cet exploit ont été dénaturés et déviés des objectifs de base du développeur indépendant...

Pourquoi ? Parce qu'avec 1 million d'euros à la clé, le public en attend plus, tu peux pas te contenter de sortir ce que tu voulais faire à la base même si tu demandais que 3 000 €, t'es obligé de rajouter des choses en plus que tu ne souhaitais pas forcément voir juste pour satisfaire les financiers. Du coup, t'es plus indépendant, tu deviens un dépendant de KickStarter.

Enfin, ce n'est que mon point de vue, et je suis évidemment d'accord sur le fait que cette plateforme a permis à de nombreux jeux "indés" excellents de sortir. :) Simplement, je trouve que le public et l'argent peuvent avoir un trop grand impact sur la réalisation de ton jeu, même si t'es indépendant officiellement tu deviens dépendant de KickStarter, brefeuh c'est un débat sans queue ni tête. :mrgreen:
Signaler Citer
[HG] TJ619
Wasteland 2 - 3 millions recolté contre 900k demandé
Elite Dangerous - 1millions 5
Star Citizen - 2 Millions uniquement sur Kick
Divinity presque 1M

Des sommes astronomiques pour des indée et pourtant des jeuxs géniaux

Les créateur demande toujours un minimum pour finir le jeu
Mais propose des ajoutss a chaque palier par exemple
avec 500k je fini le jeu
Donner 700K et je rajoutes des niveau des personnages ect
des options

Regarde noob en france
Il avais demander 30K pour faire un film cours métrage

Ils ont au final 600K et vont faire 3 film long métrage, embaucher du monde
Ajouter du contenue une duffusion ciné ect

Certes c'est énorme et faut avoir la tête sur les épaules mais quand tu as une réel communauté, ils soutiendront tes choix

Tu reste maitres de ton project et tu en fais ce que tu veux.
Après si tu es pas backé tempi pour toi tu as essayé
Et si tu es backé et que tu te foire, quitte le monde du jeu vidéo.

Et sa évite les dérive à la DayZ ou il te sorte un jeu en alpha avec 0 contenue pour éviter que le studio ne coule, au final le jeu ets bien mais si le studio avait quand même coulé, bah tu aurait ton alpha de DayZ à 30€ dans le c**
Signaler Citer
Wirus
Rester maître de son projet ?
TJ a écrit:avec 500k je fini le jeu
Donner 700K et je rajoutes des niveau des personnages ect
des options

La preuve que non, c'est le public qui décide du sort de ton jeu...

J'ai pas dit qu'à cause de KickStarter les jeux devenaient mauvais, au contraire ils peuvent devenir excellents, mais du coup les indépendants deviennent dépendants, c'est tout... ^^

Wirus a écrit:cette plateforme a permis à de nombreux jeux "indés" excellents de sortir. :)
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Zek
Un indépendant reste toujours dépendant de son public et non de la solution de financement.

Il y a l'indépendant qui fait tout dans son coin (Notch et son Minecraft) et sans son public pas de bouche à oreille à espérer pour un probable succès.

L'indépendant qui fait campagne uniquement sur son site internet sans faire la une du net donc peu de chance d'aboutir sauf si cette indépendant à déjà un actif précédent connu.

Et enfin l'indépendant qui utilise les outils qui sont à ça disposition (Kickstarter et co.) pour obtenir le financement nécessaire à ses ambitions ainsi qu'obtenir une visibilité accrue.


J'ai oublié un type d'indépendant, celui qui fait des jeux pour le plaisir de faire des jeux sans démarche commerciale mais ce n'est pas celui qui nous intéresse ?
Signaler Citer