Actualité iPhone / iPad
Jobs poster

CRITIQUE - Jobs : nous avons vu le film sur le fondateur d'Apple

par

Premier film à sortir sur l'oeuvre de Steve Jobs, à quoi faut-il s'attendre dans ce biopic avec Ashton Kutcher dans le rôle-titre ?

Adapter la vie d'un personnage notoire contemporain au cinéma est un exercice périlleux. The Social Network traitait intelligemment de la réussite irrésistible de Mark Zuckerberg avec le réseau social Facebook mais qu'en est-il de Jobs qui adapte l'œuvre du visionnaire dirigeant d'Apple décédé en 2011 ? Le résultat recèle de forces et de faiblesses qui n'altèrent en rien la curiosité de découvrir la vie d'un grand entrepreneur vindicatif sur grand écran.

L'ensemble s'apparente plus au téléfilm de luxe qu'au récit biographique de haute volée.

ashton-kutcher-steve-jobs-get-inspiredÀ projet d'envergure, casting d'exception. Ashton Kutcher tire son épingle du jeu avec les honneurs. À la fois hypersensible jusqu'aux larmes et autoritaire jusqu'à l'humiliation, l'acteur se montre à l'aise dans un rôle au minimum complexe et casse-gueule tout en incarnant avec justesse le regard si caractéristique de Jobs. L'illusion est parfois parfaite, allant jusqu'à culminer dans les scènes de présentation au public de l'Apple II en 1977. Autre figure incontournable du film, Steve Wozniak, joué par Josh Gad, qui livre une prestation toute en douceur et geek d'avant-garde. Mais l'autre belle surprise concerne le rôle tenu par Dermot Mulroney. Mike Markkula n'est peut-être pas très connu des amateurs de la firme pommée, mais il a pourtant été le premier investisseur officiel et un appui important pour Jobs avant d'être licencié 20 ans plus tard.

jobs-film- (3)En choisissant de s'attacher un maximum à l'aura et la personnalité de Steve Jobs, le long-métrage, certes handicapé par sa courte durée (2h07), fait l'impasse sur bien des événements importants pour l'homme. Si les périodes de sa vie liées à Pixar (Steve Jobs a racheté la division CGI de Lucasfilm, en 1986, qui devint ensuite Pixar) ne sont pas évoquées, sans pour autant que cela ternisse la force du récit, il y a de quoi se montrer bien moins enthousiaste quand il s'agit d'évoquer les tragédies personnelles. Le récit préfère s'attacher à la dimension la plus cinématographique et donc la plus visuelle du personnage, délaissant trop souvent sa noirceur d'âme et ses regrets. Les éléments autour de sa première fille non-reconnue, Lisa Brennan, s'attardent plus sur l'aspect juridique qu'humain. Dommage.

Ce qu'il manque finalement le plus au film, c'est la fameuse passion qui habitait littéralement Steve Jobs. Cette envie de bousculer l'ordre établi, de changer les choses, ce qui n'est possible qu'en s'investissant totalement, bravant l'échec, n'écoutant que soi. L'appel bien connu de Jobs, présent dans le film, "Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents… Tous ceux qui voient les choses différemment, qui ne respectent pas les règles...", qui raisonne comme un mantra ne semble pas s'appliquer à la mise en scène d'un long métrage qui juxtapose avec maladresse des fragments d'images sans se soucier du rythme et de la beauté graphique du montage. À mille lieues des préceptes de Johnny Ive et de Jobs lui-même, l'ensemble s'apparente plus au téléfilm de luxe qu'au récit biographique de haute volée. Pas désagréable, mais une semi-expérience qui méritera une lecture complémentaire de la biographie signée Walter Isaacson afin d'avoir une vision plus complète d'une personnalité éminemment complexe ayant marqué son temps.

Verdict : 2,5 étoiles sur 5.

jobs-film- (1)

Commenter 9 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Aerith
"À projet d'envergure, casting d'exception." : Kutcher, un acteur d'exception ? Ah :lol:


Sans cela j'attendrai de le voir pour me forger un avis, mais vu les rumeurs il n'est pas assez réaliste pour être intéressant :/
Signaler Citer
Anonymous
Je ne suis pas un grand défenseur de Steve Jobs, loin de là, mais si un jour l'idée me prend de voir ce film, je ne rapporterai pas un centime aux vautours voulant se faire du fric sur sa mort.
Signaler Citer
Applelo
Je préfère regarder un bon reportage sur Steve Jobs que un film qui ne représente pas totalement la vérité.
Si vous avez envie d'aller au cinéma en ce moment, c'est plutôt Kikass 2 qu'il faut aller voire :lol:
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
bob
Rapstar a écrit:Lui même était un vautour.
Quelle blague ce film.
À la place regardez les pirates de la silicon valley c'est une tout autre chose que l'on raconte sur Steve.


La tu regarder ? Si oui pourquoi dire ça développe sa m'intéresse vaguement 8-)
Signaler Citer