Actualité
jeu vidéo violence head 31012012 01.png

Les jeux vidéo ne rendent pas violents selon une étude

par

Enfin une étude que nous acceptons de prendre au sérieux !

En matière d'études sur les jeux vidéo, nous en avons vu de toutes les couleurs : fréquences des rapports sexuels chez les joueuses, amélioration de l'efficacité chez les chirurgiens ou encore le comportement chez les tricheurs. Certains ne voyaient pas l'intérêt de faire de telles recherches et il faut avouer qu'elles ne sont pas toujours représentatives ou qu'elles ne servent tout simplement à rien de spécial. Néanmoins, cette étude va changer nos vies de gamers.

Nous ne vous apprenons rien, le jeu vidéo est un domaine - voire un art - très méconnu et pas tout à fait accepté dans notre société. Alors que les choses changent un peu plus chaque jour, la plupart des personnes diabolisent notre plaisir vidéoludique et le traitent en tant que source de tous les maux du monde : fusillades, viols, vols, escroquerie, fraude, pédophilie et pourquoi pas détournement d'argent en même temps ! C'est évident, chacun de vous qui lisez cet article (oui vous, derrière votre écran) est un criminel multirécidiviste recherché par la police (ou le FBI et Interpol). Bref, accusé à tort, le jeu vidéo peine à être reconnu tel qu'il est, un plaisir et une passion comme il en existe tant d'autres dans le monde. Pour pallier cette banalisation de la violence vidéoludique - qui ne résulte que de l'appréhension de plusieurs jeux violents, ne représentant qu'une partie de la totalité des jeux vidéo - deux études ont été menées en Suède et aux États-Unis. Le sujet d'étude est des plus simples puisqu'il porte sur le lien entre l'acte de violence dans les jeux vidéo et celui dans la vraie vie. Orchestré par l'Entertainment Software Association (ESA, équivalent américain du SELL français), cette dernière livre ses conclusions.

Plusieurs chercheurs et autorités gouvernementales (dont la Cour Suprême américaine) ont affirmé qu'il n'y avait aucun lien de cause à effet à la vue des recherches déjà existantes. Cette décision met ainsi un terme d'arrêt à l'affaire "Schwarzenegger contre ESA". Depuis plusieurs années, l'ex-gouverneur californien se battait pour l'interdiction des jeux violents sur le territoire américain. Les jeux vidéo remportent donc la bataille mais pas la guerre.

Dans le même registre, le professeur Christopher Ferguson et quelques-uns de ses confrères ont publié un article sur le même thème le mois dernier. 165 jeunes de 10 à 14 ans ont fait l'objet de cette étude pendant 3 ans. Ces professionnels ont comparé l'exposition de ces enfants à la violence vidéoludique à leurs comportements et facteurs environnementaux : insociabilité, attaches familiales, pairs délinquants, violences domestiques, dépression, santé mentale et confrontations à la violence. Le résultat ? Nous vous le donnons en mille, l'exposition à la violence des jeux vidéo n'a aucune relation avec l'agressivité juvénile ! Si ce n'est pas beau de trouver, enfin, un terrain d'entente...

Du côté suédois, le Swedish Media Council est arrivé à la même conclusion. Il étaye ses dires en s'appuyant sur les points faibles méthodologiques que présentent les études affirmant que les jeux vidéo rendent violents. Apparemment, ces études défaillantes n'ont été menées que sur le court terme et n'ont pas mesuré les actions physiques des sujets mais leurs pensées, leurs attitudes et leurs sentiments. Nous pouvons très bien vouloir le mal d'une personne sans le lui causer.

En conclusion, nous pouvons nous réjouir de l'avancée que représentent ces recherches. Les jeux vidéo ne rendent pas violents et ne sont tout simplement pas la cause principale de ce mal. D'ailleurs, les jeux vidéo ont prouvé leurs efficacités à de nombreuses reprises. Certains psychologues les utilisent comme outil d'insertion pour les enfants autistes et certaines études (non vérifiées) expliquent que les jeux vidéo améliorent, par exemple, nos réflexes.

Après la lecture de ce (long) article, vous voilà parés à défendre les préjugés qui subsistent dans la tête des mauvaises langues et à les convaincre de modérer leurs propos. Même si les jeux vidéo, en général, ne rendent pas violents, ils peuvent être facteur de stress ou d'autres problèmes qui méritent d'être résolus. Les parents doivent donc surveiller et éduquer leurs progénitures. Que pensez-vous de cette étude ? La prenez-vous au sérieux ? Si les jeux vidéo ne font pas de nous des êtres violents, pouvons-nous envisager la fin des PEGI ? Réagissez et apportez votre expérience personnelle sur le forum.

 

killzone-3-fonds-ecran-wallpapers-1080p-002

Commenter 27 commentaires

Avatar de l’utilisateur
ShiinOzuke
Ceux qui sont violents et reproduise ce qu'il font dans un jeu , ne sont pas nets avant meme de jouer de toute facon.

Il aurais regarder un film aussi passionant qu'un jeu (si sa existe x)) il aurait fait la meme.
Signaler Citer
Hidden
Jouer au monopoly te fait devenir homme d'affaire ?
Jouer aux petites voitures te fait devenir pilote ?
Jouer aux jeux vidéo te rend violent ?

Les gens qui disent que ça rend violent ont surement jamais joué à un jeu de leur vie ... :-X
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Titiks
Bha, on entend tout et son contraire... Un jour ça rend violent, un autre non... en gros, c'est comme le reste : ça dépend de qui, à quelle dose, quand et avec qui... comme pour tout !
Signaler Citer
Anonymous
je me rappel petit, lorsque je perdais un peu trop, ne serait ce qu'au monopoly sur mastersytem, je prenais un long couteau de cuisine et j'allais tailler la console pour me venger.

quand l'atari ST grésillait et qu'enfoncer les cables ne suffisait pas, je filais un grand coup de poing dessus (parfois ça marchait en plus!)
et un plantage, genre à pipemania alors que je batais un super record, PAF!

j'ai filé un coup de boule à ma gameboy machinalement et j'ai pété l'ecran.
Ma mère a du jouer les malhonnêtes en achetant une gameboy et en allant à la caisse après avec la cassée pour avoir une autre qui marchait (et du coup j'ai eu 2 gameboys à la maison!)

ah oui, aussi le PC qui était au niveau de mon pied, j'en avais fait des bosses dessus !

euhhh, j'ai une dualshock 3 avec un joystoick qui n'est plus fixe sur son axe :/

mais je ne suis pas violent du tout ;D

Titiks: ta signature avec l'avatar d'Alice me fait douter sur ton juste dosage ;D
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
screamX
elbarto1992 a écrit:Enfin une étude que nous acceptons de prendre au sérieux !


Lol ! Alors quand l'étude dit que les jeux vidéo ne rendent pas violent. Là c'est OK pas de souci, on est d'accord.
Par contre si une étude dit le contraire, c'est un scandale, ils disent n'importe quoi...
Tout ça ne me parait pas objectif...

Perso, j'ai déjà lu une étude (faite sur plus de 3 ans...) disant que les jeux vidéo violents augmentent l’agressivité des joueurs...

Je pense que l'influence dépend de beaucoup de choses et qu'on ne peut pas se prononcer aussi strictement sur la question...
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Renaudstrato
Je suis un être naturellement violent depuis tout petit de par mon contexte familial et les jeux videos me permettent au contraire d'avoir un exécutoire indispensable.
C'est pas moi qui le dit c'est mon psy.
De ce fait, aujourd'hui grâce à mon exposition intensive à des jeux videos catégorisés PEGI 18, je ne frappe plus mon prochain dans la rue comme ça gratuitement. Je ne lui vole plus son véhicule pour allez emboutir d'autres véhicules. Je ne le menaçe plus tel Cole de lui envoyer une décharge électrique ou bien tel Kratos, de lui enfoncer mon couteau que je crois être les lames du Chaos.

Bon trêve de plaisanterie hasardeuse, je n'aime pas trop commenter ce genre d'étude (aussi sérieuse soit-elle) car j'ai peur d'enfoncer des portes ouvertes et faire de la philo de comptoir.
L'essentiel comme dit plus haut est de bien connaître ses propres limites et faire la part des choses (puis pour les jeunes gens l'éducation reste indispensable).
Pourquoi un jeu violent inciterait à la haine tous les joueurs qui y participent et les améneraient à reproduire ce qu'ils font de maniére virtuelle ? Nous restons dans le fantasme et l'imaginaire. Point.
Et surtout pour moi les jeux videos me permettent de m'évader (c'est une passion). Tout comme la musique ou le cinéma peuvent également me le permettre.
Bon j'arrête là, j'avais dit que je raconterai pas de banalités :P ...
Signaler Citer
samir84
Faut être complètement con pour dire que les jeux vidéos rendent violents...

Je pense même que les jeux vidéos, au contraire, permet de se défouler virtuellement plutôt que réellement. C'est pour ça que je suis extrêment calme et patient en vrai |:D


Et les PEGI ne veut rien dire, je joue au GTA depuis que j'ai 8 ans (j'ai perso commencé avec Vice City ^^), et pourtant je suis pas un malade mental ou autre ;)
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
GazetteSDF
Pourquoi prendre au sérieux cette étude qui va dans notre sens plutôt que celles qui vont dans sont contraire ??? tous simplement car elle va dans notre sens...

Je suis un joueur depuis mon enfance, certes, j'ai pas commencé à 8 ans avec GTA comme samir84 mais avec Sonic sur master ... mais avec le PC, j'ai toujours fait des jeux dont le PEGI était supérieur, les 18+ sont arrivée tard, il y avait essentiellement des 16+ ... Mais malgré ma "Ludographie" (nouveau mot pour l'histoire de mes expériences ludique) très accès sur les FPS "gore" (Soldier Of Fortune et le démembrement, Blood, Quake 2, ...) , les TPS (GTA, Messiah et d'autre dont j'oublie le titre), je ne suis pas devenu un sanguinaire, pourtant, j'ai fait du Judo et du Rugby, dans les deux, il faut un peu d'agressivité ... et bien mon agressivité partait dans mes jeux...

Je le dit à chaque étude sur la violence / jeu vidéo => Dans l'antiquité, les jeux violents, c'étaient les jeux du cirque. Leur but, c'était pas d'enseigner le meutre au public, mais de défouler leur émotions, de voir de leur yeux la mort pour qu'ils en ai plus l'envie une fois le "show" fini.

Là, c'est pareil, sauf qu'en plus on est acteur, et c'est donc mieux que le film ou le livre où on est spectateur, on subit l'action, on subit la violence, et donc qui n'a pas voulu rouler comme un dingue après être allé voir un film de voiture ??? ça arrive car on a la frustration de ne pas avoir agit mais subit, et aussi des choix qu'on nous a imposer de voir et dont on aurait fait différemment et qu'on veut faire différemment dans la continuité de l’enthousiasme généré par le film.

Perso, après une session de jeu de course, si je prends la voiture, je me suis déjà défoulé nerveusement, donc je ne trouve pas l'intérêt de piloter ... si on veut toujours piloter, c'est qu'on a ressenti une frustration sur la durée de la session de jeux et qu'on cherche malgré tout la sensation ... Remède : JOUER ENCORE PLUS pour vider les pulsions non citoyenne :)

Donc, étant à moi seul une étude sur le comportement face à une forte consommation de jeux violent depuis 15 ans (et non juste 3 ans), appuyé par le reproche de ne pas être assez agressif par mes potes de Rugby, je déclare que mon étude résulte sur "Il n'y a pas de liens évidents entre les jeux vidéos violents et la violence qui sévit de nos jours"

Les meurtres, les guerres, les viols non pas attendu le jeux vidéos pour exploser. La violence, on en parle plus qu'avant, mais il nous faut moins d'une heure pour connaitre le moindre fait de violence n'importe où, avec internet et les téléphones, on a des plus en plus d'images facilement... c'est plus facile de pouvoir filmer une scène de violence dont on est témoin, quasi tout les téléphones ont des caméras, il y a dix ans, tous le monde n'avait pas un caméscope ...

Bref, je ferai plus une étude sur le comportement : Quel support, entre le livre, le film ou le jeu vidéo peut nous pousser à accomplir des actes incivils?
=> Et je pense qu'on aurait cet ordre :

1- le livre (on subit l'action et en plus on nous laisse seul maître à l'imaginer avec juste quelques précisions de mise en scène donc on fait appelle à l'imagination)

2- Le film (on subit toujours l'action mais on nous en montre plus ou moins, le moins laisse court à l'imagination donc même risque que le livre mais le fait de nous en montrer peut orienter l'image qu'on se fait des non vu)

3- Le jeu vidéo (on est acteur, on voit le déroulement, la conséquence de nos actes et donc si je veux trucider des gens IRL, une bonne session de trucidage ingame et après on passe à autre chose... perso, j'ai jamais tenu plus d'une demi heure dans GTA à faire de la violence gratuite pour faire de la violence [j'exclu les victime collatérales des missions ou des circonstances])

Derniers points, l'utilité des PEGI : Comme de nombreuse personne ne maitrise pas le sujet, il faut des repaire pour celui qui sort la carte bancaire (ça rime, ça peut faire un slogan) . Comme c'est dit plus haut, c'est une indication, et comme l'a dit Maître Marcus dans un retro GameOne, "Vous n'auriez pas idée d'offrir pour les 12ans de votre enfants la compilation de "Rocco Si Fredi" (avec la mention 18+ CSA) alors pourquoi vous lui mettriez entre les mains le dernier GTA (PEGI 18+)?" => là, je crois que tout est dit. Le PEGI est assez clair, au risque de frustrer un gamin de 10 ans car (à mon époque) FFVIII était PEGI12+ et de lui refuser l'achat du jeu, je sais devant quoi je veux pas laisser mes enfants en terme de télé, pourquoi ne pas le faire pour les jeux.

C'est de l’abandon d'éducation ... Quite à laisser par négligence son enfant devant GTA (je parle de négligence, pas d'un choix réfléchi en âme et conscience), autant laisser son enfant regarder des pornos, conduire, aller au casino .... Arrive un moment, il faut se sortir les doigts et puis c'est tout!

FIN (pour les courageux qui ont lu :) )
Signaler Citer