Actualité
Logo de la République française 1999

Jeu vidéo en France : la secrétaire d'État au Numérique Axelle Lemaire invite les acteurs de l'eSport à s'exprimer

par

Après le lancement du projet d'encadrement de l'eSport par le Premier Ministre Manuel Valls, c'est la secrétaire d'État au Numérique Axelle Lemaire qui invite les joueurs et organisateurs à donner leur avis sur le sujet.

En janvier dernier, Manuel Valls annonçait vouloir renforcer l'eSport en France. Devant la montée croissante et fulgurante de la pratique d'un jeu vidéo de manière professionnelle partout dans le monde, et donc dans l'Hexagone, le Premier Ministre a en effet chargé les parlementaires Jérôme Durain, député des Alpes-Maritimes, et Rudy Salles, sénateur de la Saône-et-Loire, de travailler sur un projet d'encadrement légal du sport vidéoludique dans notre pays.

Logo de la République française 1999

Il y a quelques jours, c'est donc Axelle Lemaire, secrétaire d'État au Numérique en France, qui a publié un communiqué de presse résumant le projet d'encadrement de Manuel Valls concernant les compétitions de jeux vidéo, et invite désormais tous les acteurs de l'eSport dans l'Hexagone à écrire à ces deux parlementaires pour faire connaître leurs opinions sur le sujet. Les compétiteurs, organisateurs de tournois, éditeurs et autres personnes concernées peuvent donc envoyer dès maintenant un e-mail à mission.jeuxvideo@finances.gouv.fr pour s'exprimer librement sur le sujet.

Il est clair que le ministère français donne beaucoup d'importance au sujet et a bien pris en compte la popularité du sport électronique dans le monde entier, certaines audiences dépassant souvent celles des sports plus traditionnels, ce qui engendre donc une montée d'un secteur de l'industrie vidéoludique (jeux vidéo, mais aussi accessoires, périphériques, sponsors). Une montée en flèche que l'État se devait d'encadrer au plus vite, plusieurs personnalités françaises de l'eSport ont d'ailleurs été récemment invitées à discuter pendant une longue heure avec les parlementaires Jérôme Durain et Rudy Salles.

Commenter 6 commentaires

Avatar de l’utilisateur
Joker
Y'a du biff à faire, évidemment qu'ils s'y intéressent ces rats. Une ou deux taxes par-ci par-là, imposition des revenus des équipes, etc. ils n'allaient pas cracher dessus. ;)
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Efthé
Je regrette le temps où le jeu vidéo n'était pas forcément quelque chose dont on était fier d'afficher, où les passionnés restaient entre passionnés, où l'on aimait vraiment ce qu'on faisait...
Maintenant, je ressens beaucoup plus le gros côté commercial et moins le côté passion.
Que ce secteur soit reconnu est une bonne chose, mais il ne faut en faire tout un plat. Lorsque l'État s'intéresse un peu trop à une industrie, ça ne donne en général pas de très bon résultat.
Pour ma part, je regarde ce cas un peu comme le possible "rachat" d'Ubisoft par Vivendi.
Signaler Citer
peyo55
Hum le ministère de la finance, ça signifie de la taxation ...

Quel bande de mange m@R2!!! t'achète une console un ordinateur etc... tu paye déjà la TVA ça leur suffit pas :o

Non bientôt va y avoir l'impôt call of duty majoré au nombre de kill, et la carte grise virtuelle sur Gran turismo

A mon sens il ferai mieux de courir après les impôts impayés des ministres, des grands groupes comme Total ou Bouygue avant d'aller chiper la tune des jeunes.
Signaler Citer