Actualité
Elika's Escape UNICEF logo

Elika's Escape : quand l'UNICEF pitche un faux jeu vidéo pour sensibiliser à la pauvreté du Sud Soudan

par

Bonne ou mauvaise idée ?

Drôle de campagne de sensibilisation que celle lancée par l'UNICEF. Les Fonds des Nations Unies pour l'Enfance ont en effet partagé cette semaine une "caméra cachée" organisée dans un salon du jeu de Washington il y a peu, le VGU. Un acteur y a en effet présenté Elika's Escape, un jeu vidéo de genre "FPS survival horror post-apocalyptique" dans lequel nous devions incarner une jeune fille de sept ans qui doit survivre face à la guerre, la famine et la maladie.

L'homme décrit alors les premières scènes du "jeu" : la mort de notre mère par maladie, l'assassinat de notre frère aîné par des militaires, notre fuite alors que notre petit frère est effleuré par une balle... Nous avons par la suite accès à des jauges de santé, d'hydratation et de faim, pour lesquelles nous allons devoir nous prostituer afin de récolter de l'argent et répondre à nos besoins. Le scénario est insoutenable, l'idée qu'un homme puisse soutenir un tel projet l'est aussi, alors de nombreux spectateurs quittent la salle.

Bien évidemment, un tel jeu n'existe pas, mais la vérité est pire, car il s'agit en réalité de l'histoire d'Elika, une vraie Sud-Soudanaise dont le récit a été rapporté ici. "Ce qui est trop dur pour un jeu vidéo arrive quotidiennement aux enfants du Sud-Soudan", voilà le message qu'a voulu faire passer l'UNICEF... à sa manière. Si le fond est tout à fait louable, l'idée d'utiliser le média jeu vidéo à contre-pied, sous-entendant peut-être que celui-ci n'est pas capable de faire passer des messages forts du genre, quand ils sont bien transmis, a de quoi troubler. À vous seuls d'en juger, mais n'oublions pas que des titres comme This War of Mine et Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre ont à la fois réussi à se montrer ludiques, instructifs et sensibles à la thématique de la guerre.

Mots-clés

Commenter 5 commentaires

Avatar de l’utilisateur
gomrund
ce qui me choque le plus c'est ceux qui ont quitté la salle en fuyant la realité. Le personnage principale aurais ete un homme ou une femme, ils ne seraient pas partis, là c'est une jeune fille et ca les derange.
Signaler Citer
[HG] TJ619
Ah les têtes bien pensantes du jeux vidéo "aka journaliste" qui décide de ce qui est bien ou mal

Ce genre de jeux serait juste génial. y a plein de bon jeu similaire qui mêttent mal a l'aise de part leur histoire et leur contenue et ce que l'on doit y faire.

Tous les jeux genre GTA qui font l’apologie du sexe/drogue/ect en faisant ça fun, mais merde faite en une version réaliste ça sera moins chiant que ce pseudo jeux qui se veux subversif mais qui au final ne fais jamais de subversif car ils ne joue jamais avec les tabous.

Ah si on parle de drogue et de putes, on mon dieu tellement subversif, personne n'ai jamais vu ça.

C'est comme cette fameuse loi qui interdit de tuer un gosse dans un jeux vidéo, au pire autorisé le, je penses que après 4-5 meurtre de gosses, le joueurs arrêtera.

On voit souvent les favelos dans les jeux de guerre pourtant je vois jamais de gosses nous tirer dessus, pourtant c’est légion la bas, comme dans les pays du tiers monde.


Le jeux vidéo est tellement coincé du c** niveau réalité
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
bignoze1
nan mais sérieux déjà qu'on est bien sensibilisé avec 99% des jeux genre le gentil américain sauvent les civiles des méchants chino russes arabo islamistes afghan bref si en plus l'unicef s'y met ! manquerait plus que l'onu
Signaler Citer