Actualité
Valérie Pécresse

« Drogue, alcool et jeux vidéo », Valérie Pécresse met tout dans le même panier

par
Source: Le Figaro

La présidente Les Républicains de la région Île-de-France relance le débat sur l'addiction et les jeux vidéo.

En ce début de semaine, l'ancienne ministre du Budget et actuelle présidente de la région Île-de-France était au micro de France Inter pour présenter son plan pour lutter contre les addictions liées aux décrochages scolaires. Une démarche normalement anodine pour la politique associée au parti Les Républicains, mais Valérie Pécresse a quelque peu offensé les joueurs en mélangeant les addictions.

Valérie Pécresse

En effet, Valérie Pécresse veut lutter contre ce fléau qui comprend selon elle « la drogue, l'alcool et les jeux vidéo, qui sont aussi une autre forme d'addiction ». La présidente de la région compte proposer des tests salivaires pour détecter la consommation de cannabis par les jeunes dans les lycées, mais pas sûr que la méthode soit compatible avec la détection de la pratique intensive de loisirs vidéoludiques. Si l'intention de lutter contre l'usage de drogues tels le cannabis, la marijuana ou même l'alcool dans un établissement scolaire est louable, y intégrer dans le même panier les jeux vidéo a de quoi relancer le débat sur la pratique de ce loisir vue par les politiques. Pas sûr que les propos de Valérie Pécresse plaisent à Axelle Lemaire, actuelle secrétaire d'État au Numérique en France qui s'efforce de faire reconnaître l'eSport comme une véritable activité dans l'Hexagone avec le soutien du Premier ministre Manuel Valls.

Alors, les jeux vidéo sont-ils à considérer comme une sorte de drogue aussi addictive que l'alcool ou le cannabis ? Le débat est de nouveau lancé.


redacteur vignette Clint008 Amaury M. (Clint008)
Rédacteur PC - Testeur
Explorateur de musique plus ou moins bruyante, collectionneur de casquettes et vénérateur de Blade Runner. J'aime les zombies et Cthulhu.
Suivre ce rédacteur : Twitter GamgerGen Instagram GamerGen vignette bouton

Commenter 53 commentaires

Avatar de l’utilisateur
gomrund
Comme toujours, c'est plus facile de rejeter le mal sur quelque chose, plutot que d'avouer la "faiblesse" psychologique de la personne. Chaque personne reagit differement, on peut boire de l'alcool sans tomber dans l'extreme, ca vaut egalement pour les autres soi-disantes addictions.

Ca m'arrive de boire et je ne suis pas un alcoolique
Je ne fume pas
Je ne me drogue pas
Je joue a tout type de jeux videos et je ne sors pas dans la rue pour tuer des gens
Je joue a des J.D.R sur table et je ne suis pas un serial-killer ou un psycopathe a la dexter

Faut arreter de tout generaliser
Signaler Citer
KaelNT
zilpheed a écrit:pourquoi ils ne s'inquiètent pas du fait des nos politiciens sont addict à nous dire des conneries?


Aaaaah tu m'enlèves les mots de la bouche ! C'est à l'entrée du parlement et de l'Elysée qu'il faudrait faire des tests salivaires pour drogues/alcool, ils nous pondent tellement de la merde ces temps ci que c'est à se demander si ils sont sobres :p
Signaler Citer
fgarbez
gomrund a écrit:Comme toujours, c'est plus facile de rejeter le mal sur quelque chose, plutot que d'avouer la "faiblesse" psychologique de la personne. Chaque personne reagit differement, on peut boire de l'alcool sans tomber dans l'extreme, ca vaut egalement pour les autres soi-disantes addictions.

Ca m'arrive de boire et je ne suis pas un alcoolique
Je ne fume pas
Je ne me drogue pas
Je joue a tout type de jeux videos et je ne sors pas dans la rue pour tuer des gens
Je joue a des J.D.R sur table et je ne suis pas un serial-killer ou un psycopathe a la dexter

Faut arreter de tout generaliser


Il faut aussi arrêter de tout interpréter n'importe comment. Elle n'a pas dit que toutes les personnes qui buvaient un verre de temps à autre étaient alcoolique. On sait bien que sur le total des gens qui consomment de l'alcool, seul un faible pourcentage le sont. Le risque d'addiction à l'alcool existe, et que les personnes sachent qu'ils ne sont pas accroc ou non, ils trouvent normal que ce soit interdit dans les écoles même avec modération. Une petite bière pendant le repas pour un majeur ne serait pas nuisible mais c'est pourtant interdit et personne n'y trouve à redire.

De la même manière elle n'a pas dit que le jeu vidéo aller pousser les gens à sortir tuer des gens ni que les JDR faisaient des psychopathes. Elle n'a même pas parlé des JDR d'ailleurs. Ou alors, il faut que tu revois ta définition de l'addiction. L'influence du jeu vidéo sur la concentration et le travail scolaire n'est pas encore bien établi et il est un peu trop tôt pour à mon avis penser à une interdiction totale de cette pratique dans certains lieux comme les écoles. Mais il est vrai également que certains ne savent pas s'arrêter et passent plus de temps à découper des légumes virtuels ou envoyer des oiseaux sur des murs à coup de catapulte qu'à écouter leur professeur avec leur téléphone sous la table. Pour avoir cotoyé ce genre de personne, je peux dire que le raisonnement qui veut que ce n'est pas si grave étant donné que ça n'a d'impact que sur le joueur est faux. C'est également une source de distraction non souhaitée pour le voisin. Pendant les temps de pause par contre, ça permet de se changer un peu les idées de manière rapide. D'ailleurs, dans mon travail, ça nous arrive régulièrement de nous faire une petite partie ensemble et même avec le patron pendant la pause déjeuner. Puisque la plupart des jeunes d'aujourd'hui ne savent pas être responsable ou se montrer adulte par eux même, l'interdiction peut avoir un sens pour ceux qui ne peuvent pas s'empêcher de pratiquer cette activité à des moments non adéquats, ce qui est un effet de la dépendance (ou d'un professeur extrêmement ennuyeux mais c'est un autre problème).

En tout cas, le fait que le jeu vidéo puisse créer une addiction est bien réel. Même si je m'en suis sorti et que maintenant, je pratique le jeu vidéo de manière beaucoup plus raisonnée, étant jeune, j'avais un sérieux problème de ce côté là moi même. Et si on choisi d'interdire dans les écoles les produits pouvant créer une addiction, alors il ne faut pas faire d'exeption. Par la peine d'être autant sur la défensive. Dès que quelqu'un parle du jeu vidéo en terme négatif, on voit toujours les mêmes défenses apparaitre qui vont faire croire que la moindre critique de ce loisir est uns stigmatisation systématique et non réfléchie faite par des gens qui ne jouent pas et qui donc, ne savent rien. Et pourtant, quand quelqu'un dit que la cocaine est dangereuse, on ne va pas dire que cette personne n'est pas apte à critiquer parce qu'elle n'en consomme pas tout les jours.

Pour ma part c'est un débat intéressant à ouvrir et tout ce qui peut aider les jeunes à réussir dans leurs études, même si ça ne leur plait pas est bon à prendre. Je pense qu'il serait plus intéressant de créer des espaces dédiés à la pratique des jeux vidéos dans les écoles en dehors desquels celà serait interdit. Ca permettrait aux joueurs à la fois de se détendre par leur loisir quelques instants pendant les pauses mais aussi par ce biais de se retrouver en contact avec d'autres joueurs et donc, créer un lieu propice à l'échange et à la communication entre élèves partageant une passion commune.
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
xunch
tonysoff a écrit:Quand on ne maîtrise pas un sujet, on dit n'importe quoi dessus, non mais vraiment catastrophique :|


heeeee merd.... un ministre en plus.... qui "ne maîtrise pas un sujet"
L'important ce le salaire et les avantages :lol: Merci la FRANCE
Signaler Citer
Avatar de l’utilisateur
Fengsho
On vois qu'elle n'a jamais jouer au jeu vidéo... ou très peu, qu'elle a une idée bien droite du problème XD.
S'il elle met les jeux vidéo dans le même panier que la drogue et l'alcool... alors que peut-on dire des autre forme addiction (Le sexe?, l'amour, le travaille, la consommation général plus que préférable, ...) et qui touche les jeunes aussi XD (mais bon c'est pas sa qui fait décrocher les jeunes de l'école).
On peut décrocher des jeux vidéo assez facilement à partir du moment qu'à la base on a aussi d'autre activité, quand à la drogue et l'alcool c'est des contre effet qui font que l'on peut pas décrocher.
Bref, qu'elle lutte contre la déscolarisation, okay, mais qu'elle est au moins la jugeote de ne pas mettre tous dans le même panier, mais si les jeunes jouent aux jeux vidéos plus qu'il ne devrais alors qu'ils devraient étudier c'est parce que peut-être le système scolaire est ennuyeux? pas assez étudier pour intéresser les jeunes, ou alors qu'on ne prend pas assez en compte le temps de liberté personnelle qu'ils devraient avoir, enfin le problème n'est pas tant les outils mais la nature du fait qu'ils ont voulut ce mettre dans la dérive.
Voilà.
Signaler Citer
Nylireich
Détourner de l'argent et se moquer éperdument du contribuable qui les à élu n'est ce as la aussi une sorte d'addiction ??? Ne serait ce pas plus important de régler le problème du chômage et l'insécurité plutôt que déblatérer des bêtises pareilles?!?! Et ensuite les politiques réclament l'adhésion des jeunes... Honte à eux.
Signaler Citer