Actualité PS3
Keiji Inafune Head 01

Dead Rising et Lost Planet à l'origine rejetés par Capcom

par
Source: famitsu

Et pourtant, le succès fut bien au rendez-vous...

Lors d'un séminaire à l'université Ritsumeikan de Kyoto, Keiji Inafune, le créateur de Dead Rising et Lost Planet, explique qu'au départ rien n'était gagné pour les deux jeux en question. En effet, la politique de Capcom de l'époque voulait qu'ils ne développent que des suites des licences déjà existantes, les nouvelles franchises étant systématiquement refusées. Un budget était certes réservé aux prototypes, mais les dirigeants ne voulaient pas se lancer dans des choses inédites, préférant axer leurs collaborateurs sur des projets qui avaient déjà l'approbation du public.

Ne l'entendant pas de cette oreille, Keiji Inafune présente tout de même ses deux concepts, que nous connaîtrons plus tard sous les noms de Dead Rising et Lost Planet, mais qui furent refusés par ses supérieurs comme il s'y attendait. Mais l'affaire ne s'arrête pas là, puisque malgré le véto déposé par Capcom, il continue secrètement le développement et décide de sortir les jeux. Parfois, le non-respect des règles permet de sauver une entreprise, même si pour cela il faut exploser le budget prototypes d'environ 400% comme cela a été le cas pour Lost Planet, explique-t-il à l'assistance présente lors du séminaire. D'ailleurs, c'était le but recherché par le créateur. Une fois le développement trop avancé, Capcom ne pouvait plus refuser ses licences inédites et céderait donc à sa demande de départ.

Au final, à la fois Dead Rising et Lost Planet se sont vendus à des millions d'exemplaires à travers le monde, et Capcom a pu grâce à cela remonter la pente, selon Inafune. Il est toutefois pleinement conscient que si cela n'avait pas été le cas, il aurait été condamné par ses dirigeants et "licencié pour crime de guerre".

Rappelons que le deuxième opus de la série Dead Rising est sorti l'automne dernier sur PlayStation 3, Xbox 360 et PC.


keiji-inafune-screenshot-09052011-01

Commenter 12 commentaires

tupudupull
euh, il n'y a que moi qui suis choqué par le premier paragraphe??

En résumé Capcom avoue tout haut ce que tous les joueurs du monde lui reproche... tout haut : l'absence d'innovation.
Allez, on va à fond sur les licences bankébeules et le reste est banni. Je dis bravo. Vive Capcom, j'attends avec impatience Street Fighter 5 qui se passera à Racoon City... |:(
Signaler Citer
Eclypt
2 licenses que j'aime pas du tout, dead rising 2 :-X un des jeux que j'ai revendu le plus vite ! c'est du capcom tout craché, c'est mou ou trop bourrin et completement dépassé
Signaler Citer
Anonymous
Comme le dit tupudupull, on comprends mieux certaines séries à rallonge (mais pourquoi BoF n'en fait pas partie T_T ?).

Mais bon, heureusement c'est sorti quand même :-).
Signaler Citer
RuFo_ThE_oNe
tupudupull a écrit:euh, il n'y a que moi qui suis choqué par le premier paragraphe??

En résumé Capcom avoue tout haut ce que tous les joueurs du monde lui reproche... tout haut : l'absence d'innovation.
Allez, on va à fond sur les licences bankébeules et le reste est banni. Je dis bravo. Vive Capcom, j'attends avec impatience Street Fighter 5 qui se passera à Racoon City... |:(

En fait, il ne s'agit pas d'un aveu mais d'une vengence de Keiji Inafune envers Capcom... Pour rappel, Inafune ne fait plus parti de Capcom depuis la fin de l'année dernière.

De toutes façons, il y a un équilibre à tout : il y a une part de prise de risque et une autre de ressources bankables comme le dit tupudupull. Capcom étant maintenant une grosse entreprise, elle ne peut plus se permettre de trop grosses prises de risque sans filet : Dragon's Dogma et Asura's Wrath qui sont tout de même deux nouvelles IP d'envergure seront accompagnés de valeurs sûres dont Dead Rising 2: Off The Record et Street Fighter x Tekken. Après, des risques, Capcom en prend aussi à une certaine mesure en confiant deux franchises majeures à des sociétés de développement externes comme pour DmC et Resident Evil: Operation Raccoon City.
Signaler Citer
joejoe
Oué enfin bon, c'était un secret de polichinelle. Après, l'histoire est très intéressante: Finalement, c'est parce que les coûts de développement revenaient trop chers que Capcom s'est résolu à sortir ces deux jeux... C'est quand même fou ça.

Après, qu'on aime ou pas ces deux jeux n'est pas le problème, le soucis est qu'il faut que des employés aient les c... de faire une entourloupe à ses employeurs pour qu'un brin "d'innovation" soit mis à disposition du public. Ça, c'est quand même symptomatique de cette génération de consoles, plus que les autres en tout cas.
Signaler Citer
chronoss2
DamsW a écrit:Ca m'aurais pas déranger qu'ils n'existent pas ::)
moi non plus !
Ce Inafune est un clown, car prendre les ressources de LP ou DR et les investir dans un RE par exemple aurait été une bien meilleure idée.. à vouloir jouer la carte de la diversité on finit par tout foirer, et c'est exactement le cas de Capcom.
Signaler Citer
Bradok
chronoss2 a écrit:
DamsW a écrit:Ca m'aurais pas déranger qu'ils n'existent pas ::)
moi non plus !
Ce Inafune est un clown, car prendre les ressources de LP ou DR et les investir dans un RE par exemple aurait été une bien meilleure idée.. à vouloir jouer la carte de la diversité on finit par tout foirer, et c'est exactement le cas de Capcom.


Vu l'état de la série vaut mieux qu'elle reste dans son lit de mort , a vouloir jouer la carte du recyclage on finit par agacer et prendre pour des pigeon les joueurs et foirer et c'est exactement le cas de tout les éditeur/devs de jeux vidéo ...
Signaler Citer
Anonymous
jstaco a écrit:Aparement je suis le seul qui ai aimé lost planet


Non, j'ai bien aimé les deux, avec une préférence pour le 1. :-)
Signaler Citer