Actualité
piracy

Le crime ne paie pas, mais il conduit bien en prison !

par
Source: kasimodem

Tel est pris qui croyait prendre, c'est la conclusion inéluctable de ce qui vient d'arriver à ce pirate anglais. Petit rappel pour se souvenir que ça n'arrive pas qu'aux autres.

Christopher Charles Jones, 40 ans, vendeur de supermarché qui pratiquait la vente lucrative mais illégale de jeux copiés a été arrété et mis en prison pour 8 mois.

Il revendait des CD contenant un grand nombre de jeux PSP entre autres. La valeur marchande du contenu de ces CD se comptabilisait en milliers de livres, alors qu'il les revendait seulement £5.

Pour arriver à cette arrestation par la police, il avait été mis sous surveillance vidéo prouvant ses activités de commerce illicite par l'ELSPA (the Entertainment and Leisure Software Publishers Association), équivalent de notre SELL français (Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs).

La cour a retenu 21 charges contre lui relatives au contournement de copyright et requis 8 mois de prisons.

Michael Rawlinson, directeur de l'ELSPA a commenté la sentence ainsi : "il est clair qu'à la lumière des récents succès de condamnation de ceux qui pensent qu'ils peuvent outrepasser illégalement le copyright des jeux vidéo et faire du profit de leurs ventes, que le piratage et la contrefaçon ne paient pas. Ce cas prouve qu'avec patience et diligence, la police locale et les enquêteurs anti-piratage rendent la tâche plus dure que jamais aux pirates."

Et en France ?

Pour rappel, en France il y a déjà eu des condamnations de ce genre.

Sur décision du Conseil d'Etat, la CNIL vient de valider la traque des adresses IP des utilisateurs de réseau P2P jusqu'alors refusée aux ayants droits, ouvrant donc la chasse aux utilisateurs finaux par la SCPP, la SDRM et la SACEM, s'appuyant sur les directives mises en place par DADVSI.

La traque se fera en deux temps : pendant une première phase de repérage qui durera 24 heures, on identifie les internautes mettant à disposition des fichiers jugés interdits. Ceux ayant mis à disposition plus de 50 fichiers, passent dans la seconde phase dite de « ciblage avancé ». Durant 15 jours, leurs comportements en ligne sont analysés. Selon le nombre de fichiers mis à disposition des tiers (plus ou moins 1000) ils seront susceptibles de poursuites devant le juge civil ou pénal, respectivement.

RAPPEL : télécharger un jeu PSP même si vous possédez l'original est un délit. Faire une copie d'un jeu pour quelqu'un également.Consultez nos règles disponibles sur le forum pour en savoir plus sur la législation en vigueur et les risques encourus.

Source : Maxconsole et PCInpact

Commentez cette news en cliquant ICI

Mots-clés

Commenter 44 commentaires

Avatar de l’utilisateur
pask_1
salahpayne a écrit:ben c'est bête de les vendre mais ne me dites pas que vous le pspgéneur vous flasher vos psp pour les homebrews sa serais vraiment con !! :lol: :lol: vive le hack merci dark alex ahh :twisted:


Nul besoin de pirater, lorsque jouer à ses vieux jeux psx rippés by ourself ça n'a pas de prix
Signaler Citer
dinfir
Franchement a mon avis tous se qui télécharge s'en foute de tous sa, parce que tous se que je connait sur des jeux online et qui sont en CF télécharge des jeux de psp alors soit il faut rien dire soit il faut agir mais pas dire mais rien faire.
Signaler Citer
Anonymous
N'empêche, l'accusation paraît excessive au moins sur un point : la valeur d'un cd remplis de jeux psp, comptée en millierS de livres, ce qui équivaut, en gros, à l'évaluer en dizaines de milliers de francs, ça ne tient a priori pas la route.
Disons qu'un jeu vaille 60 euro, soit en gros 40 livres. Il en faudrait plus de 25 par cd pour atteindre 1000 livres, alors qu'il existe pas mal de jeux psp qui ne tiennent même pas sur un seul cd ! Alors de là à en caser plus de 25, même sur un dvd...
tout au plus, ça fait un dvd à 300-400 livres, et encore...
Signaler Citer